Paysages de TethVI : épaves tombées du ciel

De par ses climats extrêmes et son aridité, TathVI est déjà un monde dur aux hommes sur lequel la guerre que se livrent les puissances ajoute de profondes cicatrices qui deviennent bien souvent elles-mêmes l’enjeu de nouveaux combats.

Comme pour tous les éléments de décor que je réalise, ces vestiges, sont représentés par des éléments soclés de manière indépendante qui viennent se poser où l’on veut pour figurer telle ou telle configuration. D’une manière générale ces pièces sont toujours de petite taille : 5 ou 6 pas au maximum, l’expérience ayant démontré que les ensembles trop importants se révèlent généralement malcommodes à disposer et à utiliser même s’il paraissent plus intéressant du point de vue modéliste.

En termes de jeu, ces socles servent aussi à délimiter le décor sans contestation possible pour tout ce qui est mouvement, ligne de vue ou couvert : tout ce qui est sur les bases est dans le décor, tout ce qui n’y est pas… N’y est pas. Cela a l’immense avantage d’être clair!

1) Ce qui vient de l’espace : « Tempête de feu »

Au fil des années Games Workshop a produit pas mal d’éléments d’ambiance qui ont souvent l’avantage d’être de dimension assez réduite pour pouvoir se disposer sur la table en fournissant des couverts et des éléments narratifs. C’est donc assez logiquement que j’ai intégré ces pièces chaque fois qu’elles étaient compatibles avec l’ambiance régnant sur TethVI. Beaucoup d’entre elles sont hors catalogue aujourd’hui, mais se trouvent assez facilement sur les sites de vente en ligne,.

La qualité est en général plutôt bonne à la notable exception d’un set de cratères et de débris, sorti à l’occasion de l’extension « tempête de feu », et curieusement réalisé en plastique thermoformé qui était loin en dessous du niveau habituel de Games Workshop, technique oblige.

J’avais été assez déçu je dois le dire à l’époque en recevant le colis, mais à partir du moment où ils étaient achetés, il fallait quand même les employer, et je dois reconnaître qu’ils ont beaucoup servi depuis!

Le premier point important consiste à les intégrer dans la tonalité générale de la table en reprenant le même flocage et la même peinture que les plaques de fond de manière à se que leurs bordures s’oublient au maximum. Dans le même ordre d’idée, y ajouter des éléments typiques de la table comme des éléments de végétation renforce la cohérence de l’ensemble, cela évite d’avoir l’impression que l’on a des accessoires posés de manière un peu arbitraires et sans cohérence.

Malgré leur manque de détail, ces cratères et morceaux d’épaves ne sont donc pas inintéressants si on se donne la peine de les détailler un petit peu, c’est ce que j’ai fait avec le second débris à demi enterré qui figure dans le lot. Sa forme un peu étrange m’a donné l’idée d’en faire une sonde espion, de celles qui furent découvertes et neutralisées par les hommes IIéme Sélénia lorsqu’il s’installèrent sur l’escarpement bordant les plateaux de Teth.

L’idée est d’évoquer un dispositif furtif larguée depuis l’espace par un vaisseau dans le plus pur style « L’Empire contre attaque ». Le détaillage a donc porté sur deux points : les équipements d’observation ont été réalisé avec différents rabios Games Workshop, installés dans l’espace laissé libre par le découpage de la partie centrale.

Ensuite le système de propulsion à l’arrière, bien trop sommaire à l’origine a été enrichi avec des sorties de réacteurs tirées de l’épave d’un très vieux kit Starwars ainsi que des déflecteurs simplement découpés dans des fûts de carburant en plastique.

On peut naturellement multiplier les détails en ajoutant des rivets, des vannes, des vérins etc, mais cette sonde fait un objectif narratif assez intéressant. Après coup j’ai d’ailleurs pensé à d’autres conversion possibles sur cette base comme un module de sauvetage par exemple, toujours en meublant la partie centrale avec par exemple un siège et un personnage… Vivant ou réduit à l’état de squelette!

 

2 Ce qui vient de l’espace : la navette écrasée

Dans la liste des accessoires d’esprit « épave », Games Workshop a aussi produit en son temps une navette détruite qui est intéressante dans la mesure où elle est proposée en cinq éléments séparés qui peuvent se moduler sur l’espace que l’on veut, voire constituer le cas échéant cinq objectifs à placer sur la table.

D’un point de vue technique elle représente une navette de liaison espace/sol de type « Aquila » qui était produite à une époque par Forgeworld. Il me semble qu’elle n’est plus au catalogue désormais ce qui lui donne un air d’antiquité.

Dans l’histoire agitée de TethVI, elle a une certaine importance car je l’ai représentée aux couleurs de l’appareil personnel de l’Inquisiteur Léarnas Céphylos qui fut plus d’un siècle durant en charge du contrôle de la planète et en relation directe avec l’Ordre du Suaire de Charité.

Sa mort dans la destruction l’appareil au dessus de l’Erg Oriental fut pour beaucoup dans ce que l’on appelle ordinairement « la crise du nexus de Teth ». Personne ne sut jamais précisément qui avait armé et dirigé les missiles responsables du crash et si les débris furent finalement localisés, le corps de l’Inquisiteur lui-même ne fut jamais retrouvé.

La navette est plutôt bien gravée dans sa partie supérieure malgré des détails plutôt sommaires par endroit, elle souffre par contre d’un total manque de détail pour tout ce qui concerne l’intérieur! Une partie des éléments de verrière sont directement moulés dans le plastique gris et opaque de la marque et l’intérieur ne présente aucune structure.

Du coup j’ai préféré éliminer les pseudo vitres pour dégager les armatures. L’opération demande pas mal d’attention parce que le plasique est très épais et l’intérieur totalement indéfini. Le premier travail d’affinage a donc été effectué par l’intérieur avec une fraise boule puis fini plus délicatement en grattant la matière avec une lime puis une lame de cutter. La même modification a été faite sur la tourelle de navigation dont l’accés est encore plus délicat.

Cela a permis de meubler un peu l’espace intérieur, ce que j’ai fait en réalisant des consoles et en ajoutant un siècle et des panneaux d’instruments de bord récupérés sur la Valkyrie. Une circulaire de tourelle de Rhino retournée est installée dans la coupole avec naturellement pas mal de bidules divers!

La partie arrière mérite aussi un peu d’attention, je l’ai détaillée en lui ajoutant un plancher, une cloison avec une écoutille et autant de vestiges du crash que possible : pièces métalliques, câblages etc…

Il n’y a rien dans ces petites améliorations qui révolutionne le modélisme, mais avec un minimum de travail on peut assez facilement créer des éléments qui contiennent un vrai narratif : on imagine sans peine les courses sanglantes que peuvent se livrer deux factions désireuses de mettre la main sur ces épaves et les secrets qu’elles contiennent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *