Challenge Flash n°3 – Estée R.

Le vent faisait osciller les drapeaux flambant neufs. Les anneaux de fer frappaient, rebondissaient et se cognaient contre les mats avec entêtement. Comme s’il était possible qu’ils se tirent de là !

La plage était paisible à cette heure matinale. Les vagues se fracassaient doucement contre le château, minant un peu plus à chaque fois ses fondations, creusant un peu plus profondément dans ses murs. Mais elle n’aurait pas raison de lui aujourd’hui. Et puis, la marée était descendante.

Les stigmates des évènements de la veille étaient encore visibles sur le sable fin. Traces de feu, débris divers, fragments de tissus, chaussures abandonnées…

Le chasseur observait tout cela de son œil expert, de son regard acéré. Plissant les yeux parfois, imaginant ce qui avait pu avoir lieu, devinant l’ambiance et l’atmosphère de cette journée passée.

Au loin, les dunes s’apprêtaient à se dorer les flancs sous un soleil qui se levait à peine mais serait cuisant dans les heures à venir. Quelques petits nuages se faisaient houspiller par la brise et prenaient la fuite, non sans quelque résistance.
Il sentit son cou le tirailler et se massa les cervicales. Il était en route depuis des heures. Il avait trouvé cet emplacement et ne doutait pas qu’il était le plus propice. Mais l’affut ne lui réussissait plus. L’attente ne le faisait plus guère frissonner d’excitation. Il retint une soudaine envie de courir se jeter dans la mer pour se dégourdir les membres, évacuer son stress, et s’obligea à fixer son regard sur l’horizon grisé, aux reflets verts. La vision d’un voilier qui passait au large l’occupa un moment et le va et vient de l’eau finit par l’apaiser.

Il savait qu’ils ne viendraient pas de là. Il savait que l’invasion se ferait par la terre et par les airs. Alors, il s’attacha à vivre l’instant présent, le calme avant la tempête, pour s’en imprégner tout entier.

Il calqua son souffle sur celui du ressac puis emplit ses poumons d’air iodé. Cela ne serait plus très long. Et il était prêt !

***

Le chasseur vit l’ombre du premier dragon avant même de l’entendre. Ils étaient trois, trois formes massives et gigantesques qui ouvraient la route, tordant leur cou et ouvrant leur gueule béante. Ils battaient l’air de leurs ailes surdimensionnées, majestueux, magiques, suivis de près par les fantômes, tout en finesse et en transparence. Ces derniers se confondaient parfois avec les nuages, mais leurs mouvements fluides qui épousaient parfaitement les méandres du vent ne donnaient pas lieu de se méprendre. Ils filaient, se contorsionnaient, lançaient, pourquoi pas ?, quelque sortilège sur les mortels, et tournaient en rond dans une danse mystique.

Une fanfare qu’il ne pouvait pas encore distinguer entonna soudain un air bravache. L’invasion débutait. La plage serait vite prise en otage.

Alors la clameur éclata et il aperçut les premiers fantassins, sous les aériens, concentrés et déterminés, avançant inexorablement vers le bord de mer, foulant le sable de leur pas léger, les bras tendus, les muscles bandés vers le ciel.
Le chasseur resserra les mains sur son matériel. Il allait faire un carton ! Pas de doute. Toutes les conditions de son triomphe étaient là. Mais patience. Il fallait avant tout observer l’adversaire. Saisir son fonctionnement. Évaluer les forces en présence et trouver le meilleur angle d’attaque, du haut de son observatoire. De plus, il lui fallait encore composer avec la population, curieuse et fébrile qui accourait déjà pour assister au spectacle, et risquait fort de se mettre en travers de son chemin. Certainement serait-il obligé de se mêler à elle à un moment donné. Elle serait au nombre de ses victimes, même si elle ne faisait partie du contrat à proprement parler.

Un instant, il fut un subjugué par ce qu’il voyait approcher. C’était au tour des baleines, pieuvres, serpents de mer et hippocampes géants de fondre vers le sol avant de repartir de plus belle s’unir aux nuages. Un aquarium céleste prenait vie au-dessus de la baie ! Et c’était magnifique ! Envoûtant ! La tension dans son cou se relâcha. Il ressentait enfin l’exaltation qui lui faisait défaut depuis l’aube.

Puis, vinrent les caravelles, aux voiles bleu nuit. Qui tanguaient doucement sur la douce mélodie d’Éole, qu’elles seules pouvaient entendre. Pure moment de poésie. Pure merveille pour les sens. Au point qu’il risqua un moment d’oublier sa mission, et le but de sa présence en ces lieux chargés de féérie.

Ce fut le sifflement des premiers escadrons lancés à grande vitesse qui le ramena à la réalité. Pas de créatures fantastiques cette fois, mais des ailes triangulaires, des vaisseaux pointus et fuselés qui vrombissaient avec voracité, tourbillonnaient, piquaient vers le sol et leurs victimes et s’élevaient à nouveau dans les cieux, plus haut que jamais.
Il était temps à présent. Tous les protagonistes étaient en place. Les badauds fascinés et heureux piétinaient les restes du château de sable. Avaient-ils conscience d’avoir les pieds dans l’eau ? Les enfants émerveillés, hurlaient aux créatures de les regarder, de leur faire un signe, offraient leurs petites joues au soleil. Et les fantassins, continuaient tranquillement leur démonstration de force, à partir du sol, poignées et ficèles à la main. Pilotant leurs cerfs-volants avec habileté.

Le photographe, arma son appareil et déclencha en rafale !

note finale : 3.3/5




  • 2 thoughts on “Challenge Flash n°3 – Estée R.

    1. Atorgael dans

      Ils ont commenté :



      Belle utilisation du vent !
      Belle chute inattendue, bien joué.


      Facile de deviner qui a écrit ce texte où les métaphores sont nombreuses et où l’action nous amène à la rêverie.
      Cela dit, je n’ai jamais vu de cerfs volants… Ni de biches… (Ha ha ha (pardon, j’ai honte) )


      Le texte est bien mené avec le lecteur pris en otage dans la description d’une bataille-fantasy à venir qui tourne court !