Les pluriels

Le pluriel des mots simples

1. Les noms en « -ail » font leur pluriel en « -ails ».

Sauf : bail, corail, soupirail, travail, vantail, vitrail, qui font leur pluriel en « -aux ». « ail » fait au pluriel « aulx », mais en termes de botanique on dit également des « ails ».

2. Les noms en « -al » font leur pluriel en « -aux ».

Sauf : bal, cal, carnaval, cérémonial, chacal, festival, récital, régal… qui font leur pluriel en « -als ». « idéal » fait au pluriel « idéals » ou « idéaux ».

3. Les noms en « -au », « -eau » et « -eu » prennent un « x » au pluriel.

Sauf : landau, sarrau, bleu, pneu, émeu, lieu (poisson), qui prennent un « s ».

4. Les noms en « -ou » font leur pluriel en « -ous ».

Sauf (rappel) : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou, qui prennent un « x ».

Le pluriel des noms composés

Noms composés s’écrivant en un seul mot

Le dernier élément prend seul la marque du pluriel :

  • des bonheurs, des portefeuilles…

Sauf : mesdames, mesdemoiselles, messieurs, messeigneurs, bonshommes, gentilshommes.
Deux noms, adjectif + nom ou deux adjectifs

Les deux mots prennent la marque du pluriel :

  • une porte-fenêtre ? des portes-fenêtres
  • un rouge-gorge ? des rouges-gorges
  • un oiseau-mouche ? des oiseaux-mouches
  • un sourd-muet ? des sourds-muets…
  • un chef-lieu ? des chefs-lieux
  • un wagon-restaurant ? des wagons-restaurants

Nom + nom complément ? nom+S + nom

Le premier seul prend la marque du pluriel :

  • un arc-en-ciel ? des arcs-en-ciel
  • un chef-d’œuvre ? des chefs-d’œuvre
  • un timbre-poste ? des timbres-poste
  • un chef-d’oeuvre ? des chefs-d’oeuvre
  • un bouton-d’or ? des boutons-d’or
  • un timbre-poste ? des timbres-poste
  • une pomme de terre ? des pommes de terre
  • un hôtel de ville ? des hôtels de ville

Sauf : pot-au-feu et rez-de-chaussée

Nom -adjectif ? nom +s -adjectif +s

Ce n’est alors pas un nom composé, aussi on ne met pas de tiret entre les deux.

  • des gardes champêtres, des châteaux forts…

Sauf : des coffres-forts, du fer-blanc…

« Grand », « franc » : si le premier élément est grand ou franc, il ne prend la marque du pluriel qu’au masculin :

  • un grand-père ? des grands-pères
  • une grand-mère ? des grand-mères
  • une grand-maman ? des grand-mamans
  • une grand-tante ? des grand-tantes
  • une grand-messe ? des grand-messes
  • un Franc-Comtois ? des Francs-Comtois
  • une Franc-Comtoise ? des Franc-Comtoises…

Sinon :

  • un beau-frère ? des beaux-frères
  • une belle-sœur ? des belles-sœurs

Verbe-nom ? verbe-nom +s

Le nom seul varie, à moins que le sens ne s’y oppose :

  • un tire-ligne ? des tire-lignes
  • un porte-clé ? des porte-clés
  • un porte-bagages ? des porte-bagages
  • un couvre-lit ? des couvre-lits

mais :

  • un faire-part ? des faire-part
  • un gratte-papier ? des gratte-papier
  • un porte-plume ? des porte-plume
  • un porte-clefs ? des porte-clefs
  • un réveille-matin ? des réveille-matin
  • un abat-jour ? des abat-jour (« abattre » le jour).
  • un perce-neige ? des perce-neige. (percer la neige).

Mots composés avec « garde ».

Si le nom composé désigne une personne, garde est alors considéré comme un nom (gardien).

  • des gardes-chasse

Si le nom composé désigne un objet, garde est alors un verbe (invariable).

  • des garde-fous

Mot invariable + nom ? mot invariable-nom+S

  • un haut-parleur ? des haut-parleurs
  • une arrière-garde ? des arrière-gardes
  • une contre-attaque ? des contre-attaques

mais :

  • un après-midi, des après-midi

Verbe-mot invariable ? verbe-mot invariable

  • un passe-partout ? des passe-partout

Euro/ centime

« Euro » prend un « s » au pluriel ; il n’est pas invariable. Même si on vous dit qu’il l’est puisque c’est écrit sur les billets.

  • 1 euro, 10 euros

« Euro » ne prend de majuscule qu’en début de phrase, comme tout autre nom commun.

Un centième d’euro s’appelle « centime », pas « cent ».

On ne prononce pas vingt zeuros ou cent zeuros ! Vingt et cent finissent par « t ». Dites vingt teuros ou cent teuros.

Singulier/ pluriel ?

Quand le nombre est inférieur à deux, on est toujours au singulier.

  • 1 million
  • 1,5 million
  • 1,9999 million
  • 2 millions
  • Le couple français a en moyenne 1,7 enfant

« Par » + singulier ou pluriel ?

« Par » est suivi du singulier quand il indique vraiment une répartition, une distribution, c’est-à-dire quand on considère chacun à part :

  • Prendre un médicament trois fois par jour. (chaque jour)
  • Une production de 50 tonnes par hectare. (pour chaque hectare)
  • Payer 50 € par personne.

Le pluriel est préférable, et plus courant, si l’on considère non plus chaque élément, mais certains d’entre eux :

  • Par endroits, par places, la neige a fondu. (à certains endroits)
  • Par moments, on ne comprend plus. (à certains moments.)

« Sans » est-il suivi du singulier ou du pluriel ?

« Sans » peut, selon le sens, être suivi du singulier ou du pluriel.

1. On écrira toujours au singulier les noms dits abstraits :

  • Être sans pitié.
  • Cela se comprend sans peine.

2. Le contexte a son importance :

  • Un orateur est sans passion quand il n’est pas animé par la passion.
  • Cet homme est sans passions s’il ignore les passions.

3. On opposera :

  • un couteau sans manche (qui devrait en avoir un, mais un seul)
  • un gilet sans manches. (qui en aurait deux, s’il en avait)

On dira donc :

  • Il est sorti sans chapeau ni chaussures.

4. Dans de nombreux cas, cependant, la nuance de sens est si mince que l’on trouvera aussi bien le singulier que le pluriel :

  • C’est un acteur sans défaut ou sans défauts.
  • Cet homme est mort sans enfant, sans héritier, ou sans enfants, sans héritiers.

Pourtant, dès lors que ce dont on parle peut suggérer l’idée de pluralité, c’est le pluriel qui est le plus fréquent :

  • Un devoir sans fautes (en jugeant qu’un tel devoir aurait d’ordinaire comporté plusieurs fautes, plutôt qu’un devoir sans faute, sauf si l’on veut insister sur le caractère exceptionnel de la chose, comme on dirait : sans aucune faute, sans la moindre faute).

Les jours et les mois

Les noms de jour et de mois sont des noms, qui tout comme les autres noms ont un pluriel.

  • Nous recevons le public tous les lundis.
  • Kevin et Marjorie passent leurs dimanches à la campagne.
  • Nous avons déjà eu des juins plus ensoleillés.

Matin et soir restent eux au singulier quand ils sont apposés à un nom de jour.

  • Accueil du public : tous les lundis matin.

Les noms de mois sont rarement employés au pluriel. On préfère généralement la tournure avec des mois de… Dans ce cas, le nom du mois reste au singulier.

  • Nous avons déjà eu des mois de juin plus ensoleillés.

Les jours et les mois ne prennent pas de majuscule (sauf en début de phrase bien entendu).

Le plus/ la plus

Devant les adverbes « plus » et « moins » suivis d’un adjectif, l’article « le » reste invariable quand on compare les différents degrés d’une qualité d’un même être ou d’un même objet :

  • C’est aujourd’hui qu’elle est le plus aimable. (si on compare son amabilité d’aujourd’hui à celle des autres jours)

L’article, par contre, s’accorde lorsque l’on compare des êtres ou des objets distincts :

  • Aujourd’hui elle est la plus aimable. (si on la compare aux autres personnes de son entourage)

Certains mots prennent toujours « s » à la fin.

Substantifs et adjectifs :

  • Brebis, concours, corps, cours (d’eau ou leçon), décès, discours, fois, frais, jus, lilas, mois, parcours, pardessus, pays, plusieurs, poids, pois, printemps, progrès, puits, repas, secours, souris, succès, talus, temps, univers, velours.

Adverbes :

  • Ailleurs, alors, d’ailleurs, après, dedans, dehors, dessous, dessus, longtemps, moins, néanmoins, parfois, puis, quelquefois, toujours, volontiers.

Prépositions :

  • Envers, vers.

Conjonctions :

  • Dès que, tandis que.

Aucun/ aucuns/ aucune/ aucunes

On entend parfois dire qu’ « aucun » est invariable. C’est une grave erreur.

  • Je n’ai aucun amant.
  • Je n’ai aucune envie.

Déjà ici, on se rend compte qu’il varie.

De plus, « aucuns », « aucunes » s’emploie lorsque le nom qu’il accompagne n’a pas de singulier.

  • Il n’y a bien entendu aucuns frais à prévoir dans notre formule all inclusive.
  • Il n’y a aucunes funérailles prévues cette semaine, mais qui sait…

On trouve aussi « d’aucuns » qui signifie « certains ».

  • D’aucuns prétendent que les femmes doivent rester à la cuisine.

Accorder les noms de couleurs

Article emprunté à l’excellent site pourpre.com.

Les adjectifs employés seuls

Ils s’accordent en genre et en nombre: rouge, jaune, orangé, vert, bleu, violet, rosé, brun, beige, roux…

  • des robes vertes
  • des yeux bleus
  • une tasse orangée
  • une toiture brune
  • des feuilles rousses

Les adjectifs juxtaposés

Il s’agit de plusieurs adjectifs utilisés avec la coordination “et”. On distingue deux cas:

  • des chaussures vert et jaune: l’objet en question est composé de plusieurs couleurs; on n’accorde pas (chaque chaussure contient du vert et du jaune)
  • des prunes jaunes et violettes: l’objet en question peut être d’une des couleurs ou de l’autre; on accorde (il y a des prunes jaunes, et des prunes violettes)

Les adjectifs composés

Il s’agit des adjectifs simples complétés par un qualificatif (foncé, clair, passé, rabattu…) ou par un nom, ou bien de deux adjectifs pour indiquer une teinte intermédiaire (vert bleu, rouge orangé…). Dans tout ces cas, on n’accorde pas:

  • des chaises vert pâle
  • des toits rouge brique
  • des yeux bleu-vert

Les noms utilisés comme adjectifs

  • Ils ne s’accordent pas:
  • des cheveux acajou
  • des yeux noisette
  • des chaussettes kaki

Pour comprendre cette règle, il suffit de noter que l’expression complète originelle pour “des yeux noisette” est: “des yeux de la couleur de la noisette”.

Les exceptions

Évidemment, il y a des exceptions. Ce sont généralement des noms qui ont acquis le statut d’adjectif. Par exemple, les noms suivants s’accordent en genre et en nombre:

  • rose: des draps roses
  • orange: des colorants oranges (à l’origine, “orangé” est l’adjectif consacré: on le retrouve encore à l’école dans l’énoncé des sept couleurs de l’arc-en-ciel, par exemple)
  • marron (variable en nombre): des chaussures marrons
  • écarlate, fauve, incarnat, mauve, pourpre s’accordent également.

Concernant le trait d’union

Il ne semble pas y avoir de règle précise à ce sujet, mais il serait malgré tout “recommandé” de le proscrire: “bleu nuit” et non pas “bleu-nuit”, “vert jaune” et pas “vert-jaune”, “aile de corbeau” plutôt que “aile-de-corbeau”.




  • Les commentaires sont clos.