Dehors, les chiens, les infidèles

dehorschiensQuatre-vingts ans après la défaite  des forces de la Lumière face aux Ténèbres, le monde ne connaît plus que la nuit éternelle.

Seul espoir de voir un jour se lever le soleil : la Quête.

Tous les cinq ans, un groupe de cinq adolescents spécialement entraînés part à la recherche de l’Étoile du Matin, arme légendaire, seule capable de lever la malédiction divine qui frappe l’humanité.


Dehors, les chiens, les infidèles
Auteur : Maïa Mazaurette
Éditeur : Folio SF (Novembre 2010)

Commentaire d’Atorgael

?????

Attention, livre à ne pas manquer !

Je pourrai presque m’arrêter là dans mon commentaire mais pour vous je vais développer un petit peu.

Pourquoi cet enthousiasme ? L’histoire est belle, les personnages sont on ne peut plus attachant et la lecture m’a complètement scotché du début à la fin.

C’est une histoire se déroulant dans un moyen-age obscur sur lequel la noire colère de Dieu est tombée après la perte de l’Étoile du Matin, arme sacrée portée par Galaad lors de son dernier combat.

Tout est obscurité, le monde est sale, dangereux impitoyable. Les armées de l’Occidan noir menées par l’Antépape sont formées de tueurs sans merci fanatisés, composées d’être difforme et corrompus. En face, Auristelle résiste comme elle peut, dernier sanctuaire des hommes elle est cependant déjà touchée par la corruption. Une seule chose peut sauver les hommes : que l’arme de Galaad soit retrouvée afin qu’elle ramène la lumière sur le monde.

Pour retrouver cette arme divine, des groupes de quêteurs sont envoyés tous les 5 ans dans une sorte de croisade. Leur mission est de la retrouver, ils ne peuvent pas rentrer avant. Ça fait 80 ans que ça dure et nul quêteur n’est encore rentré à la maison.

On débute l’histoire avec un groupe de quêteurs partis récemment à la recherche de l’Étoile du matin, en tout cas d’informations pouvant y mener. Menés par la guide Spérance Monastère, une orpheline élevée par l’église, on y trouve Vaast l’espion du groupe (un transfuge de l’Occidan noir), sa sœur Astasie d’Abbaye représentante de l’inquisition, Lièpre le sentinelle et Cyphérien le lettré, fils du roi et héritier du trône mais frappé de difformité. Un groupe qui va vous devenir très familier et auquel on va vite s’attacher.

C’est donc une histoire de quête du Graal, d’initiation, avec de grandes batailles, des coups fourrés, du sang et des tripes, des trahisons, des secrets dévoilés… Et c’est bien plus que ça encore. C’est violent, sombre, c’est digne des écrits les plus noirs d’Howard où les beaux princes et les gentilles princesses n’existent pas et où chacun doit lutter pour survivre.

L’auteure a réussi à mon sens à nous impliquer dans son histoire de manière très forte par le biais de ses personnages. On sait beaucoup de choses sur eux et on en apprend tout au long du livre. Ils se dévoilent de manière très impudique et sans concession. Du coup on ne peut que les comprendre et les aimer.

Il y a bien quelques maladresses dans tout le livre mais elles sont tellement infimes qu’on ne les relèvera pas, ça ne change rien au plaisir de la lecture.

Un excellent livre à ne pas manquer. Je l’ai déjà dit je crois, mais je ne peux m’empêcher de le répéter tellement il serait dommage de passer à côté.




  • Les commentaires sont clos.