Nocturne

fr-nocturneLa guerre a atteint Nocturne.

Après des décennies de préparation et de massacres, Nihilan a rassemblé une vaste armée de Dragons Ardents, d’eldars noirs et de renégats du Chaos.

Au nom de la vengeance, il lance son assaut sur les Salamanders. Le Chapitre est indécis quant à la marche à suivre. En effet, une prophétie a prédit que l’archiviste Dak’ir se révélerait être soit le sauveur, soit le bourreau du Chapitre.

Alors que les Salamanders rassemblent leur armée, le destin de Dak’ir lui est enfin révélé, et avec lui l’avenir de Nocturne…


Nocturne
Auteur : Nick Kyme
Éditeur : Black Library
Intérêt dans l'univers : ?????

Commentaire de Rendar

?????Emprisonné car élément d’une prophétie le présentant comme le destructeur de Nocturne, Da’kir, l’archiviste oppose les commandants du chapitre des Salamanders sur la question de sa survie.

Pendant ce temps, Nihilan, un Space Marine renégat allié aux sombres Dieux lance une attaque dévastatrice sur le monde d’origine des Salamanders aidé par un conglomérat de xénos et d’apostats.

Tous les fils de Vulkan devront alors combattre pour sauver leur monde et leur chapitre.

Il n’y à pas grand chose de plus à en dire, après un très bon premier tome, un deuxième tome décevant, le troisième n’inverse pas la tendance. Souvent incohérent, parsemé de coquilles et d’erreurs de traduction, le fait de voir des Marines se foutre sur la gueule ne relève pas vraiment le bouquin qui termine à mes yeux en eau de boudin, je pense que l’auteur s’est un peu perdu en route et a choisi la voie de la simplicité.

Ca se laisse lire pour un fan de Space Marine comme moi car on y voit débauche de Terminator, Chapelain, Archiviste et consorts mais franchement, les pauvres Salamanders méritaient mieux.

A noter que la fin n’en est pas vraiment une et devrait être complétée par un recueil de nouvelles nommé, ‘Tome of Fire’ en anglais.

Votre avis

N’hésitez pas à ajouter votre commentaire à la suite de cet article.

[starrater tpl=10 style=’starscape’ size=’16’]




  • Les commentaires sont clos.