Allan Carrasco et Jérémie Bonamant Teboul

Allan & Jérémie – Partie II2

Jérémie

On va passer à Jérémie maintenant. Quelles sont les forces et faiblesse d’Allan ?

Jérémie – Ses forces. Il est conscient et mûr.
Il est conscient des choses dans le sens où il se pose les bonnes questions, que se soit en peinture de figurines ou dans la vie. Et il est mûr pour trouver les bonnes réponses. Ça résume un peu tout.
Les faiblesses. (Trente secondes plus tard d’intense réflexion) non je ne vois pas. Ha si, c’est chiant de vivre avec quelqu’un qui a toujours raison ! (rire)
En sculpture et en peinture ce ne sont pas des faiblesses ce sont des choix, donc même si je pourrai faire différemment il n’y a pas de notion de faiblesse.
Non je vois rien. Ah si ses socles ! Ils sont vraiment pourris.
Ses socles sont à l’image de son style, sobres simples et épurés. Mûrs et conscients.

Si on te dit Jérémie Bonamant Teboul agace, tu comprends, tu assumes, ça t’amuse, ça t’énerve ?

Jérémie – je comprends j’assume, ça m’amuse et ça m’agace !
Je comprends parce que je suis plutôt spontané et ça a un bon et un mauvais coté. Le bon c’est que je fais les choses avec beaucoup de cœur et de plaisir et que je peux être emporté par un élan de passion. Le mauvais c’est que c’est toujours mieux de penser avant d’agir et des fois on ne mesure pas forcément la portée d’une action faite sur l’instant, on ne mesure pas toutes les répercutions que ça peut avoir sur les choses et les gens. Mais ça évolue dans ma petite tête tout ça.
J’assume du fait que quand on me fait des remarques et des critiques, généralement ça me touche et j’essaye d’avancer dans ce sens. Et puis ça fait parti de ma personnalité, j’assume les bons et les mauvais cotés en essayant de diminuer les mauvais. Les amis sont des bons conseillers pour ça.
Donc pour résumer, ça m’amuse, oui, jusqu’à ce que ça m’énerve.

L’engagement semble être quelque chose d’important pour toi, voire le militantisme. Quand on voit ton diorama sur la « déclaration universelles des droits de l’homme », ce n’est pas commun …


 

Jérémie – Oui, je pense que c’est quelque chose qui gère un peu ma vie, tu peux parler de militantismes. C’est dur de cacher ses convictions en fait. Elles sont sûrement sous-jacentes dans des interventions que je peux avoir sur le net, mais je ne cherche pas le débat à tout prix non plus.
Désolé les modos

 

Ta pièce pour le prochain Games Day est-elle prête, vas-tu y participer cette année ?

Jérémie – Oui, j’ai fais 99% du chemin…

… l’idée donc…

Jérémie – Oui voila !
Elle a commencé il y a un an avec un thème, j’ai réuni tous les accessoires et je sais comment la mettre en forme.
Il y a plus qu’à.
Ce sera aussi un sujet qui me tient à cœur, à savoir le pouvoir de l’argent qui nuit à la liberté des hommes… tout un programme.

Comment on en vient à concevoir le pachyderme, c’est une pièce qui m’a bluffé en fait (avec le Bilbo dans la montre mais c‘est une autre histoire)


 

Jérémie – En fait c’est une pièce inspirée de la « Russian Vityas » une école russe qui faisait beaucoup d’éléphants historiques avec beaucoup de freehand dessus que j’avais vu 2 ans auparavant et voila, une interprétation fantastique de ces éléphants.

Dernière question, as-tu l’impression d’être une référence ?

Jérémie – Vu que, comme disait Allan, je suis engagé dans plusieurs projets, je pense que si référence je suis c’est plus dans la coordination et dans le lancement de projets que d’être réellement une référence dans la peinture, ou je n’ai rien apporté, si ce n’est de la main d’oeuvre. J’ai plus été utile dans l’organisation d’évènements, le GL, Kraken etc …




  • Les commentaires sont clos.