Crépuscule d’acier

cresacierNouvelle République, planète plutôt arriérée et en tout cas coincée côté culture pour ce xxve siècle, subit l’invasion du Festival.

Le Festival est une société galactiquement itinérante post-Singularité. Elle fait pleuvoir sur Nouvelle République une nuée de téléphones qui ne disent qu’une chose : « Bonjour. Tu veux bien nous distraire ? » De la réponse dépend la récompense.

Ainsi, des armes. Il n’en faut pas plus pour déclencher la Révolution. Et pour conduire les autorités à imaginer pour la vaincre de remonter le temps. Et risquer l’anéantissement de cette partie de la Galaxie, car l’Eschaton déteste qu’on touche à son histoire.

C’est qui, l’Eschaton ?

Charles Stross est le plus prometteur et le plus déjanté des nouveaux venus sur la scène de la science-fiction. Crépuscule d’acier a manqué de peu le prix Hugo 2004.


Crépuscule d'acier
Auteur : Charles Stross
Éditeur : Poche

Commentaire d’Atorgael

?????

Savoir que ce livre a manqué le prix Hugo de peu m’étonne beaucoup. Ou alors les critère de ce prix ont bien changé.

Bref, je ne suis pas emballé par ce livre qui m’a beaucoup déçu en ne tenant pas toutes ses promesses.

J’étais parti pour une belle aventure spatiale pleine d’inconnu et de vaisseaux trépidants pour me retrouver en croisière tranquille où les concepts compliqués croisent une romance improbable sur fond de révolution oniro-communiste.

L’idée de départ est excellente, je le reconnais bien volontiers mais le traitement est un peu confus et brouillon. Trop pour en faire un bon roman de Space Opera.

Et puis trop de questions restent en suspens à la fin du livre, notamment celle posé dans la présentation de la 4ème de couverture : C’est qui l’Eschaton.

Déçu donc, tant pis, ça arrive.




  • Les commentaires sont clos.