Capella Secundus

7

DeSaintes contemplait impassiblement l’hérétique lui faisant face. L’homme était d’une carrure impressionnante, même pour un Space Marine, et la flamme qui dansait dans ses yeux était lourde de menace. Son armure écarlate, couverte de crânes et de gueules grimaçants, semblait ondulée, presque vivante. Par endroits, le métal et la chair avaient fusionné. Ainsi sa main droite était une sorte de tentacule argentée et enroulée autour d’un crozius maudit. Sa tête ne reflétait guère plus d’humanité : deux petites cornes rougeoyantes pointaient sur son front pâle.

Un renégat de la pire espèce qui soit. Un ancien Chapelain qui avait rejeté volontairement le credo impérial pour s’offrir aux dieux maléfiques. Cette créature était une abomination que l’Inquisiteur se devait d’éradiquer coûte que coûte. Il sentait une juste et froide colère monter en lui. Par l’Empereur, ce démon allait expier ses fautes ! Tous les muscles de son corps se bandèrent, il s’apprêtait à passer à l’action.

Le traître sourit ironiquement, dévoilant de sous ses lèvres tuméfiées une rangée de crocs jaunâtres. Il esquissa ensuite un signe de sa main valide. Surgit alors de l’ombre une dizaine de ses comparses, bloquant ainsi toutes les issues du mausolée.

– Comme vous pouvez le constater, marmonna l’Apôtre Noir, tous les points de sortie sont maintenant sous notre contrôle. Vous avez osé entraver nos plans en perturbant le Grand Réveil et moi, Caïn, je vais devoir vous punir.

Frère Hycks posa alors un genou à terre et recommanda son âme à l’Empereur. Ses compagnons l’imitèrent. Puis, comme un seul homme, ils se redressèrent et firent cercle autour de DeSaintes et Seinfield.

– J’ai cru un instant que vous imploriez mon pardon, s’esclaffa Caïn. Finissons-en !

Les Word Bearers se jetèrent sur les Dark Exorcists et tout ne fut plus ensuite qu’une mêlée assourdissante d’épées et de masses énergétiques s’entrechoquant. Les coups s’abattaient sans relâche. Frère Hycks planta sa lame bénite dans la poitrine d’un infidèle avant de porter secours à Frère Lothaus qui faiblissait sous le nombre.

Frappant de taille et d’estoc, l’Inquisiteur se fraya un chemin à travers la masse compacte de guerriers pour se mesurer au Démagogue. Ce dernier n’était pas intervenu dans le combat et paraissait même presque l’attendre. Dans un cri haineux, DeSaintes sauta littéralement à la gorge du Space Marine, mais celui-ci l’esquiva avec aisance et grâce. Leurs armes se heurtèrent dans un halo bleu crépitant et aucun des deux adversaires n’arrivaient à prendre le dessus. Le monde autour d’eux n’existait plus. Seul leur engagement physique et psychique comptait, leur esprit n’était plus que focalisé sur la victoire. Aussi, ni l’un ni l’autre ne prêtèrent attention à la grenade roulant entre leurs pieds…

Cette entrée a été publiée dans Capella Secundus, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Capella Secundus

  1. Metatron dit :

    Que devient ce texte à 4 mains avec Baal ?
    Vous continuez encore ? Vous l’avez terminé ?

    • Rendar dit :

      Le texte n’est pas terminé non.

      Je dois faire le point avec mon co-auteur pour voir ce qu’il souhaite faire à ce sujet, au besoin, je pense terminer tout seul…