Capella Secundus

19

A l’heure dite et sous une pluie battante, DeSaintes pénétra en trombe dans le fort Arbites. S’il n’avait pas été aussi pressé et aussi soucieux, il aurait sûrement pris le temps d’admirer les éclairs déchirer le ciel sombre, comme mués par une main invisible et destructrice. Il n’était que cinq heures de l’après-midi, mais il faisait pourtant noir comme au milieu d’une nuit sans lune et sans étoiles. De nombreux séismes avaient à nouveau secoué la planète et il avait entendu, malgré sa concentration, plusieurs bâtiments s’écrouler avec fracas.

Il passa rapidement dans l’antichambre où quelques gardes somnolaient, harassés par les combats qu’ils avaient livrés, puis gravit les escaliers quatre à quatre pour arriver essoufflé devant la porte du QG derrière laquelle se trouvait Ezekiel.

Il ne prit même pas la peine de frapper.

– Frère Inquisiteur ? Malgré son appel, Ezekiel était invisible. Seigneur ?

Toujours pas de réponse. Au moment où il allait saisir son communicateur, quelque chose bougea dans la pièce. Dégainant son arme, Esteban se mit immédiatement à couvert.

– Il n’est pas là, Monseigneur. La tête blonde d’Hélion apparue dans l’embrasure d’une porte donnant sur une annexe. Il est dans son thunderhawk avec les commandants Astartes.

Etouffant un juron, DeSaintes rengaina son pistolet et s’avança dans la pièce. Une forte odeur d’encens et de myrrhe envahie ses narines.

– Je priais notre Empereur de nous donner la force de sauver cette planète des griffes du Chaos et de nous montrer la solution. Dit timidement Hélion.

Esteban esquissa un sourire, le premier depuis ce qui lui semblait des siècles, ce qui apeura le jeune apprenti.

– Tes vœux sont tout à ton honneur jeune homme. J’ai entrevu une partie de la réponse grâce aux textes que tu m’as fournis. Tu as fait un excellent travail, je suis sûr que ton Maître en est conscient.

Une timide moue ressemblant au début d’un rire illumina le visage du garçon. Dans la lumière tamisée et au milieu des volutes de parfums, il avait vraiment l’allure d’un ange. DeSaintes senti une force de caractère très forte dans le cœur d’Hélion, malgré sa maladresse apparente lorsqu’il était en société.

– Que l’Empereur te guide mon jeune ami !
– Et que Sa lumière vous protège Maître DeSaintes. Répondit l’apprenti en regardant l’Inquisiteur dévaler les marches des escaliers à toute vitesse.

En quelques instants, foulant la boue de ses lourdes bottes et détrempant ses robes sous la pluie incessante, Esteban DeSaintes se présenta sur la rampe de débarquement du vaisseau inquisitorial. Celle-ci était gardée par deux serviteurs en armes qui le laissèrent passer sans encombre. Il s’engouffra sans attendre dans l’abri que lui offrait la soute contre les éléments déchaînés pour tomber nez à nez avec Styx qu’il faillit heurter dans sa hâte.

– J’ai du nouveau. Se contenta-t-il de dire.

Selcus, qui avait délaissé son armure terminator pour une étincelante armure énergétique classique se redressa soudainement sur son siège alors que, quelques secondes auparavant, il paraissait entrain de sommeiller profondément. Ezekiel, qui se tenait dans le fond de la soute où il contemplait une holocarte de la planète, lui fit signe d’approcher.

– J’ai du nouveau également. Lança-t-il gravement. Les Marines renégats sont manifestement sortis de leur mutisme et ont lancé des assauts extrêmement violents sur les villes de Giract et Palissia. D’après les maigres informations dont je dispose, ils étaient accompagnés de créatures du Warp ainsi que de nombreux gardes capellans battant étendard impie. Cela ne peut signifier qu’une seule chose…

Il laissa sa phrase en suspend et DeSaintes n’eu aucun mal à la compléter.

– Leurs invocations du démon sont terminées. Ils peuvent maintenant passer à l’offensive.

Styx hocha gravement la tête.

– Oui. J’ai envoyé une importante partie de nos forces vers ces deux cités dans l’espoir de ralentir l’ennemi. Je vais d’ailleurs aller les rejoindre dès cet entretien terminé. Le Maître de Chapitre se tourna vers Selcus. Resterons ici une trentaine de guerriers. Ils seront sous le commandement du Frère Archiviste Cerberus.

Le commandant de la force Emperor’s Sword joignit lui aussi sa voix rauque à la discussion.

– Mes troupes et moi-même resterons dans la capitale, le territoire à couvrir en cas d’attaque massive est immense, et je crains que nous ne soyons pas de trop pour protéger les intérêts impériaux contre les hérétiques.
– Les cartes sont distribuées, les pions du jeu sont en place, rajouta Styx, espérons que notre inébranlable foi nous permette de repousser les forces du mal.

Esteban déglutit avec peine. La situation se présentait plutôt mal pour les forces loyalistes éreintées. Il se devait néanmoins de partager les informations qu’il avait tirées du journal du Gouverneur Masha car celles-ci pourraient peut-être changer la donne. Il tendit l’holoprojecteur à Ezekiel qui l’enclencha.

– Mes recherches, bien qu’incomplètes, sur les documents fournis par votre apprenti m’ont permis de comprendre pas mal de choses essentielles. Il régla la focale de la lentille holographique afin que l’image devienne parfaitement nette. Il y a donc près de huit mille ans de cela, les eldars vivaient sur cette planète qui devait sûrement être un important point de passage commercial. Malheureusement, ils découvrirent à leurs dépends qu’il y avait un autre résident sur ces terres et qu’il n’entendait pas de cette oreille la prolifération de corps charnels sur son monde. Le démon majeur déchaîna alors son courroux sur les xénos qui furent contraints de se sauver. Le silence planait dans l’espace confiné de la soute du vaisseau. Il me fut très difficile de déchiffrer ce texte et son exactitude peut être remise en doute étant donné le mode d’écriture métaphorique de la race eldar, néanmoins je suis persuadé de ne pas être trop loin de la vérité. Les xénos ont, d’une manière ou d’une autre, réveillé ou libéré un démon qui a alors lâché ses terrifiants pouvoirs sur les extraterrestres, les forçant ainsi à s’enfuir. Mais le plus intéressant c’est que malgré le fait qu’ils aient abandonné la planète, ils ont tout de même réussi à bannir le démon et à le renvoyer dans l’Immatérium.

De nombreux regards étonnés s’échangèrent et Esteban répondit à la seule et unique question qui leur brûlait tous les lèvres, avant même que celle-ci ne soit formulée.

– Comment ? Grâce à un mystérieux artéfact en leur possession. Le Kiam Lir.

Ezekiel prit instantanément la parole.

– Et où se trouve cet objet actuellement ?

La réponse ne se fit pas attendre.

– Sur un vaisseau-monde qui m’est inconnu. Son nom est Shemash…

Cette entrée a été publiée dans Capella Secundus, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Capella Secundus

  1. Metatron dit :

    Que devient ce texte à 4 mains avec Baal ?
    Vous continuez encore ? Vous l’avez terminé ?

    • Rendar dit :

      Le texte n’est pas terminé non.

      Je dois faire le point avec mon co-auteur pour voir ce qu’il souhaite faire à ce sujet, au besoin, je pense terminer tout seul…