Capella Secundus

14

La vision de la gueule béante et dégoulinante de la créature se jetant sur lui s’estompa peu à peu pour être remplacée par un décor plus familier. Comme on écarte un voile translucide apparut, en lieu et place des cavités obscures des souterrains capellans, une paroi métallique sur laquelle on pouvait voir une immense fresque de l’Aquila impériale entrelacée du très saint symbole de l’Inquisition.

Ezekiel se signa lentement, comme pour apprécier ce bref instant de répit que lui offrait son retour en orbite. Il porta ensuite aux lèvres sa main gauche pour y embrasser le I majuscule qui y était gravé, ciselé d’or et de platine, représentant son statut et son allégeance. En ce jour, pensa-t-il, l’Empereur veillait certainement sur lui. Il balaya d’un regard absent la salle de téléportation. Les techno-adeptes s’affairaient en tout sens pour recalibrer et bénir à nouveau l’esprit capricieux de l’antique machine aux rouages incompréhensibles pour un profane. Leurs implants mécaniques couvrant une grande partie de leurs corps contrastaient d’une étrange alchimie avec leur peau blafarde.

Une porte s’ouvrit dans un chuintement pour laisser apparaître, accompagnée d’une lumière crue tranchant avec la semi-obscurité de la salle, la silhouette décharnée du Capitaine Telk. Travaillant pour Ezekiel depuis plus de dix ans, ce dernier avait toujours l’air catastrophé lorsque le Seigneur Inquisiteur revenait de mission.

Cela arracha presque un sourire aux lèvres craquelées par la soif d’Ezekiel. Il se redressa et s’avança d’un pas lourd à la rencontre du chef de son navire. L’odeur d’huile et d’encens s’échappant des bougies disposées autour du puits de téléportation apaisait sa migraine tandis que les murs aseptisés et sanctifiés du vaisseau exerçaient sur lui l’effet d’un stim-calmant administré à forte dose.

– Monseigneur ! S’exclama Telk depuis la salle de contrôle. Bien qu’aucun halètement ne se fasse sentir dans sa voix, son visage rubicond trahissait la course qu’il avait dû pratiquer pour rallier le poste de pilotage aux niveaux les plus bas du vaisseau. Nous avions perdu contact avec vous, nous étions morts d’inquiétude.

Cette fois-ci Ezekiel sourit franchement tout en montant les quatre marches qui menaient du puits de téléportation au niveau de l’entrée de la salle.

– Telk, combien de fois vous ai-je déjà dit que je n’avais pas besoin d’une nourrice pour veiller sur moi ? Lâcha-t-il, se voulant légèrement cassant. Faites-moi plutôt le compte-rendu de ce qui s’est passé depuis mon départ.

Ezekiel se dirigeait vers la porte menant au couloir principal de l’Emperor’s Claw, le Capitaine lui emboîta le pas aussitôt, habitué à ce genre de réprimandes tacites.

– La situation sur Capella s’est encore aggravée, Seigneur. Il semblerait que la population soit compromise.
– Combien de temps suis-je parti ? Répondit-il, classant l’information parmi les dossiers à traiter en priorité.

Telk fut forcé de se plaquer contre le mur pour laisser passer son Maître tant l’armure terminator de l’Inquisiteur était large par rapport à l’embrasure de la porte.

– Près de deux jours. Et voilà maintenant plus de huit heures que votre homologue, l’Inquisiteur DeSaintes, ne cesse de nous harceler de messages radio.
– Mon homologue ? Vraiment ? Ironisa Ezekiel. Il avait pourtant l’air d’être persuadé de pouvoir se débrouiller seul.

Décidant de ne pas relever le commentaire, Telk continua à trottiner en silence jusqu’aux quartiers de l’Inquisiteur. Il s’arrêta respectueusement à deux mètres de l’entrée du couloir privé de l’agent impérial. Selon le rituel, il s’agenouilla, tête courbée, portant son poing fermé droit à l’épaule gauche.

– Qui a-t-il Telk ? Demanda l’Inquisiteur soudain soucieux. Mes facultés psychiques ont été quelque peu altérées lors de mes combats dans les sous-sols mais je sens bien que quelque chose ne va pas.

Le Capitaine releva la tête.

– Il semble qu’ils soient attaqués et qu’ils soient en infériorité numérique malgré la présence de l’Adeptus Astartes, votre Seigneurie.

Ezekiel soupira. Au vu des récents évènements, une attaque armée était la suite logique aux prémices qu’ils avaient, hélas trop tard, détectés. Il hésitait entre l’envie brûlante de retourner de suite sur la planète pour prêter main forte à DeSaintes et celle de se reposer afin reprendre des forces. Il avait beau être un Inquisiteur, il n’en était pas pour autant affranchi des besoins d’être, avant tout, un homme.

– J’ai besoin de prier un instant. Préparez mes acolytes au combat, je vous rejoindrais au hangar de largage.

Le pilote se releva et s’inclina respectueusement.

– Qu’il en soit fait selon vos désirs, Maître.

Cette entrée a été publiée dans Capella Secundus, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Capella Secundus

  1. Metatron dit :

    Que devient ce texte à 4 mains avec Baal ?
    Vous continuez encore ? Vous l’avez terminé ?

    • Rendar dit :

      Le texte n’est pas terminé non.

      Je dois faire le point avec mon co-auteur pour voir ce qu’il souhaite faire à ce sujet, au besoin, je pense terminer tout seul…