Capella Secundus

9

La grenade explosa dans un vacarme assourdissant, libérant d’épaisses fumées noires suffocantes. Un fumigène. Quasiment aveugle, les yeux remplis de larmes et la tête bourdonnante, DeSaintes tentait vainement de frapper son adversaire. La lame de son épée énergétique ne rencontrait que le vide. Aux aguets, l’Inquisiteur essayait de discerner dans le tumulte ambiant la présence de l’apostat.

Un souffle sur sa nuque, un murmure, presque comme une voix qui résonnait dans son crâne :

– votre intrusion n’a fait que retarder l’inéluctable, le Grand Réveil aura bien lieu, quoique vous fassiez… La Pâque Impériale verra notre triomphe !

L’Inquisiteur fit volte-face en direction des chuchotis qui s’étaient transformés en un ricanement malsain, mais il ne vit rien d’autre qu’une vague forme en armure, se sublimant dans un halo bleuté. Cette sensation au creux de son estomac était sans équivoque. L’ennemi venait de tirer sa révérence, téléporté.

Pourquoi partir si subitement ? Ils avaient pourtant pris l’ascendant sur son petit groupe. Les Word Bearers ne faisaient pas exception à la règle : ils demeuraient des tueurs sans pitié, avides de sang et de destruction. Ce n’étaient pas dans leur habitude de se replier ainsi et de laisser des survivants. Par l’Empereur ! Tout ceci n’avait décidément aucun sens !

Les gaz commençaient à se dissiper et DeSaintes pouvait maintenant contempler l’issue du combat. Frère Lothaus agonisait, sa vie s’enfuyant par d’innombrables blessures sanguinolentes, et Frère Hycks, penché au-dessus de lui, récitait les Psaumes du Dernier Chemin. Frère Sonora était adossé à un pilier, le casque éclaté sous l’impact de plusieurs bolts et une matière cervicale gris-rose s’écoulait par les plaies béantes. Les deux autres Space Marines, Iago et Pall, dos à dos et armes au poing, paraissaient figés dans le temps, toujours sur le qui-vive.

L’Inquisiteur reconnut le pas de Frère Hycks derrière lui.

– Plus la moindre trace des Word Bearers. Pas même les cadavres. Je suis cependant persuadé d’en avoir occis trois.

DeSaintes ne lui prêta pas attention, il cherchait Seinfield. Il le retrouva ensevelis sous un tas de gravats, une des colonnes de marbre s’étant écroulée sur lui dans le feu de l’action. Evanoui, et son bras gauche était sectionné à hauteur du coude. La blessure semblait propre et déjà cautérisée, néanmoins un implant cybernétique s’imposait.

Jetant prestement le corps inanimé de l’acolyte sur son épaule, il se retourna vers le Dark Exorcist.

– Prenez les dépouilles de vos camarades que nous puissions leur rendre tous les honneurs. Je crains hélas qu’ils ne soient que les premières victimes. Cette histoire de Grand Réveil ne me dit rien qui vaille et j’espère sincèrement que le Seigneur Ezekiel en saura un peu plus que moi !

Cette entrée a été publiée dans Capella Secundus, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Capella Secundus

  1. Metatron dit :

    Que devient ce texte à 4 mains avec Baal ?
    Vous continuez encore ? Vous l’avez terminé ?

    • Rendar dit :

      Le texte n’est pas terminé non.

      Je dois faire le point avec mon co-auteur pour voir ce qu’il souhaite faire à ce sujet, au besoin, je pense terminer tout seul…