Sha’eil Taan

6

– Chers hôtes, notre objectif final devrait être bientôt en vu. Merci encore d’avoir choisi Air Holland.

La voix goguenarde de Gecko grésilla à travers les haut-parleurs pour se répercuter dans la cabine de plaisance, brisant la concentration de DeSaintes penché sur la table de régicide. D’un air faussement apitoyé, il regarda Seinfield :

– De toute manière, tu étais sur le pont de battre. Considérons donc que tu remportes cette partie, néanmoins tu me dois une revanche. A présent, allons rejoindre ce satané contrebandier.

Il prit tout de même le temps de revérifier une énième fois les codes de son coffre personnel où était conservé en stase le Kiam Lir. Jamais trop prudent…

La passerelle de l’Aile Rouge était envahie de volutes de fumée. Mâchouillant son sempiternel cigare d’algues, Holland ne prêta aucune attention à l’arrivée de ses passagers, trop affairer à initialiser et vérifier les programmes d’atterrissage car, comme tout bon navigateur le sait, la rentrée dans l’atmosphère d’une planète est l’une des phases les plus critiques du vol spatial. L’angle de pénétration doit être extrêmement précis si l’on ne veut pas rebondir sur les couches denses ou perdre son bouclier thermique, ce qui dans les deux cas pourrait être fatal.

– Combien de temps encore ? Demanda l’Inquisiteur.
– Quelques minutes avant que Capella ne soit en visuel. Rassurez-vous, elle est toujours là. Ce qui m’inquiète par contre, c’est la série de sauts Warp que j’ai détectés.
– De quelle nature ?
– Je ne pourrais pas préciser pour l’instant, c’est trop loin. Une dizaine d’entrants, moitié moins ensuite de sortants, le tout étalé sur à peine un quart d’heure.
– Des renforts peut-être.
– Aucune idée, mais c’est à souhaiter. Dans le cas contraire, on est dans la mouise… Ah ! Capella Secundus sur écran.

Ce n’était encore qu’une tête d’épingle, un peu plus gros que les autres, à travers l’immensité de l’espace qui s’étendait devant eux. Un petit caillou qui croissait à vue d’œil.

– Et ces distorsions Warp alors ? S’enquit Esteban.

Gecko Holland consulta rapidement les données qui défilaient sur ses moniteurs.

– Mmmh… d’après les signatures thermiques, des cuirassés de diverses classes. De part et d’autre de la planète. Qui qu’ils soient, ils ne nous ont pas encore repéré. Pour une fois depuis longtemps, l’Empereur semble être de nouveau avec moi.
– Cessez donc vos sarcasmes ! L’interrompit l’agent impérial tout en toisant du regard son acolyte qui trouvait manifestement la dernière réplique amusante.
– Alors c’est ça Capella, constata le marchand d’armes avec une moue dubitative, pas fameux-fameux, ni très hospitalier.

En effet, la tête d’épingle était maintenant devenue une sphère, entièrement recouverte de sombres nuages souvent zébrés d’éclairs. Les forces en jeu avaient gagné en puissance, DeSaintes pouvait le sentir dans toutes les fibres de son corps.

– Ça doit pas être bien sympa là-dessous. Vous savez, mon Seigneur, qu’il est toujours temps de faire demi-tour, hein ?
– Encore un commentaire de ce genre, grinça Esteban, et je vous abats comme un vulgaire mutant. Sachez que je n’ai guère besoin de vous pour poser ce vaisseau, je connais bien les procédures à suivre.

Une alarme stridente retentit dans l’habitacle alors qu’un témoin lumineux se mit à clignoter frénétiquement.

– Ah ouais ? Et manœuvrer contre celui qui nous arrive en plein dessus, vous sauriez faire ?
– Du calme, rien ne nous prouve pour l’instant que ses intentions soient belliqueuses.

Comme pour contredire son optimisme, un second voyant s’alluma : ils étaient accrochés. Tirant sur les manettes vers lui, le trafiquant ouvrit les gaz en grand, donnant une puissante poussée à l’Aile Rouge et propulsant dans son siège Seinfield qui s’empressa de verrouiller sa ceinture. Quelques secondes après, deux violentes détonations quasi-simultanées secouèrent l’équipage.

– Il était moins d’une, souffla Holland, cramponnez-vous ! Le spectacle ne fait que commencer.

Changeant abruptement de cap, il plongea en direction de l’ennemi.

– Êtes-vous fou ? Cracha DeSaintes tout en se battant avec son harnais de sécurité. Il faut éviter l’affrontement à tout prix !
– Laissez faire le spécialiste. Mon bébé en a dans le ventre, croyez-moi. Ou nous prenons l’avantage, ou nous périssons.

Alliant le geste à la parole, Gecko, engageant une figure de tonneau barriqué, ouvrit le feu de ses canons escamotés sur l’adversaire surpris tout en maintenant une grande vitesse afin de se mettre hors de portée des armements ennemis. La séparation latérale fut tellement réduite au moment du croisement que l’Inquisiteur aurait presque put jurer avoir les yeux emplis de haine du pilote du Hell Talon.

– Il va virer plus vite que moi, j’ai pas le choix.

Holland cabra alors son vaisseau avant d’exécuter une demi-boucle pour piquer immédiatement alors que le renégat venait juste de comprendre la manœuvre et splita aussitôt pour tirer deux nouvelles torpilles.

Mais le contrebandier était un vieux de la vieille et avait déjà balancé ses leurres métalliques pour décrocher sur un plan vertical. Traversant les débris de l’explosion, le rebelle réalisa trop tard qu’il avait été berné et ne vit même pas l’Aile Rouge sur son flanc…

– Yahaa, exulta Gecko tout en rallumant son cigare, Imperium-1, méchant-0 ! Fallait pas me chercher la cogne mon gars.

DeSaintes avait déjà bondit hors de son siège :

– Pas le temps de jubiler. Foncez droit sur la capitale. Je crains le pire…

Cette entrée a été publiée dans Capella Secundus, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.