Sha’eil Taan

5

A bord du Dominion, Killian attendait patiemment la réponse du vaisseau Emperor’s Sword. Il avait été satisfait de voir que le Marine qui commandait la petite flotte de ce chapitre ne s’était pas jeté tête baissée dans un affrontement inutile avec les forces renégates. Lorsque l’écran holographique se mit à scintiller, il se détacha de ses pensées pour se préparer à annoncer à son homologue Emperor’s Sword qu’ils risquaient peut être d’avoir d’autres ennuis.

La transmission mit quelques secondes avant de s’établir et il ne prit même pas le temps de faire une quelconque salutation d’usage. Les flagorneries étaient l’apanage des politiciens et le visage couturé de cicatrices qui était apparu sur l’écran était celui d’un guerrier. Tout comme lui.

– Commandant Darkel, il semblerait…

Son interlocuteur lui coupa la parole sèchement :

– Nous le savons déjà. Nos astropathes l’ont ressenti également.

Killian acquiesça. Ils étaient au courant. Parfait. Cela évitera les pertes de temps.
– Que signifie cette perturbation selon vous ? Reprit-il.
– Que nous allons avoir de la visite… Suggéra Darkel d’un ton las.

A des centaines de kilomètres, à l’autre extrémité de la planète, la réalité se déchira à nouveau pour laisser l’Empyrean vomir une nouvelle série de vaisseaux. De plus petite taille mais trois fois plus nombreux, ils formaient comme un essaim se dirigeant droit sur Capella.

Darkel n’eut pas besoin des calculs de ses serviteurs pour savoir qu’il leur faudrait plusieurs dizaines de minutes avant d’arriver à proximité des assaillants.

– Navigateurs, rugit-il, moteurs à pleine puissance. Calculez-moi la trajectoire d’interception la plus courte !

Par la verrière, il pouvait voir l’imposante flotte Dark Exorcist se mettre également en mouvement. Qu’importe le temps qu’ils mettraient pour arriver au contact des petits vaisseaux ennemis, ils ne leurs laisseraient pas une seule chance de s’échapper.

Recentrant son attention vers la bataille à venir, Darkel retourna s’asseoir sur le trône de commandement. Sur l’écran tactique, il pouvait voir la progression des vaisseaux alliés ainsi que les mouvements des appareils ennemis.

Ces fous n’essayent même pas de fuir. Pensa-t-il en constatant que la poignée de petits appareils faisait du sur-place au-dessus de la planète. Un rapport discret fit état de la destruction du second croiseur chaotique sous le feu des batteries du Médusa. La première vague était donc anéantie. Il en serait bientôt de même avec les nouveaux assaillants.

Un désagréable frisson parcouru soudain son échine. Les vaisseaux ennemis n’avaient toujours pas bougés depuis qu’ils étaient sortis du Warp et leur formation ne ressemblait en rien à une manœuvre défensive. On aurait dit plutôt qu’ils allaient…

– Non, murmura incrédule Darkel en constatant que la suite de ses pensées venait de se matérialiser sous ses yeux.

Les croiseurs ennemis avaient ouvert le feu simultanément, répondant à un ordre invisible. Une pluie de feu étincelante vint illuminer l’espace. Mais ce n’était pas vers d’autres vaisseaux qu’ils tiraient.

Regardant tristement le compteur égrenant la distance qu’ils leurs restaient à parcourir, il eut un rictus amer. Les renégats n’étaient pas venus établir un blocus spatial de la planète comme ils le croyaient tous. Leur seul but était de bombarder un point précis de la surface planétaire.

– Commandant, les vaisseaux ennemis se désengagent.

Le serviteur ne fit que lui apprendre ce qu’il pouvait constater par lui-même sur l’écran tactique. Un à un, les croiseurs légers disparurent à nouveau dans l’Immatérium.

Darkel n’avait qu’une envie : hurler.

Cette entrée a été publiée dans Capella Secundus, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.