Sha’eil Taan

2

Charnier, décombres et fournaise. Voilà quelques mots qui définissaient à merveille ce qui restait de la ville de Giract à l’arrivée des forces impériales. Supposée être le bastion des forces renégates, les Dark Exorcists n’avaient rencontré que très peu de résistance dans la cité, principalement des rebelles mal équipés et désorganisés, et ils avaient pénétré au plus profond de l’agglomération tel une lance dans le ventre d’une bête moribonde.

Tout avait été saccagé et partout des cadavres mutilés dégorgeaient les litres d’eau qui tombaient du ciel de Capella, répandant dans l’atmosphère une odeur abominable. Malgré les violents orages incessants, de nombreux foyers d’incendie ravageaient encore les vestiges profanés des nobles constructions impériales.

– Où sont donc les Marines renégats ? Les derniers rapports des défenseurs signalaient d’importantes forces Word Bearers. Où sont-elles ?

La haine transparaissait dans les paroles du Maître de Chapitre aussi clairement qu’un phare dans une nuit d’encre. Les Space Marines du Chaos avaient déserté la ville après l’avoir dévastée. En plus d’être des traîtres, ils étaient des lâches.

– J’ai envoyé une partie de nos Astartes à leur recherche. Nous n’avons manifestement pas besoin de toute la compagnie pour purifier ce qui reste de cette cité.

Tout en lui parlant, le Chapelain Nemrod, son fidèle second, vint s’accouder à ses côtés sur la frêle balustrade les séparant du vide.

Styx s’extirpa tant bien que mal de sa contemplation des ruines de la ville tout en reculant de quelques pas. Ils se tenaient tous deux sur une imposante plate-forme métallique s’élevant à plusieurs centaines de mètres du sol. Droit devant eux, ils avaient une vue imprenable sur l’objectif situé à moins d’un kilomètre en contrebas.

– Lancez l’attaque. Se contenta-t-il de répondre.
– Bien mon Frère, répondit Nemrod en enclenchant son communicateur. Force Dark Exorcist, l’heure est venue de nettoyer la souillure de cette cité. L’Empereur pose son regard sur chacun d’entre vous, ne le décevez pas. Lancez l’assaut. Semper Fidelis.

De minces lumières bleutées s’allumèrent alors, laissant de faibles traces de fumées dans l’atmosphère. Les escouades d’assaut, attirées par les combats à venir comme un banc de piranhas par le sang, fondaient vers le bâtiment afin d’en prendre le contrôle par les étages supérieurs.

De nombreux Marines s’avançaient également dans l’usine après avoir réduit l’imposante porte d’entrée en miette à coup de charges de démolitions. Telle une mécanique bien huilée, les Dark Exorcists refermaient sur les renégats un piège où aucun n’en ressortirait vivant.

– Seigneur Styx, les premiers rapports font état d’une résistance nulle. Il semblerait que les hérétiques se soient condamnés dans la salle du noyau énergétique.

Le Maître de Chapitre hocha la tête. Ces chiens galeux essayaient sans doute d’établir un semblant de ligne de défense. Il se retint de ricaner. Ils les balayeraient sans aucune peine. A son tour, il s’adressa à ses hommes :

– Soldats de l’Empereur. Continuez votre progression mais soyez attentifs, il se peut que l’ennemi ait placé des pièges lors de sa retraite. Une fois la zone sécurisée, quittez le périmètre et rendez-vous au point Bêta.

Cette désignation tactique marquait l’emplacement de la base opérationnelle du chapitre lors de son déploiement à Giract. Située dans une base Arbites en périphérie de la ville, elle permettait un accès rapide à celle-ci et possédait d’importants systèmes de défense. Les Space Marines ne participant pas à cette mission y étaient stationnées en attente de porter le feu dans l’une des autres cités capellannes sous contrôle des sectes impies.

Le système de communication du Maître de Chapitre grésilla quelques instants avant de se fixer sur la fréquence recherchée. La voix, d’abord lointaine, d’un de ses hommes retentit de plus en plus clairement dans l’oreille de Styx.

– Monseigneur, ici le Sergent Velasquez. Mon auspex détecte une forte augmentation d’énergie depuis le noyau atomique de l’usine. Selon mes calculs, le réacteur devrait atteindre son point critique dans…

Sa phrase resta en suspend alors qu’une lance de lumière provenant de l’espace déchira les nuages pour venir s’écraser à terre, vitrifiant instantanément un pâté de maisons entier à l’ouest de l’usine.

Un autre torrent de flammes vint frapper la surface de Giract, suivi de près par une pluie de missiles qui vinrent transformer plus d’un kilomètre carré de ruines en fournaise. Styx n’en croyait pas ses yeux. Un bombardement orbital était en train de pulvériser la cité et ses hommes étaient en plein milieu de la tourmente.

– Force Dark Exorcist, évacuation immédiate de la ville. Dégagez-vous de cette usine dans les plus brefs délais.

Tout en prononçant ces mots, il enclencha ses propres réacteurs dont le son strident du préchauffage laissa vite place aux rugissements des moteurs annonçant qu’ils étaient opérationnels.

Les laser continuaient de marteler les édifices, s’abattant sur l’agglomération comme autant de météores mortels lancés par la main d’un dieu colérique. Une section de l’usine avait été vaporisée par un missile emportant sans doute une poignée d’Astartes dans la tombe. S’élevant de quelques mètres, il se dirigea à pleine puissance vers le point Bêta, imité par Nemrod. Au loin, il pouvait voir de petites traînées bleues lui confirmant que les escouades d’assaut avaient amorcé leur repli.

Les piliers d’énergie étaient de plus en plus fréquents et ils avaient plusieurs fois été frôlés par l’un d’eux. Il n’avait aucune idée de la situation au sol ni de qui avait ordonné la vitrification de Giract, les systèmes de communication étant saturés d’électricité statique empêchant toute correspondance. Très peu de ses hommes devaient en avoir réchappé et quelqu’un allait payer pour ça.

Lorsque le noyau atomique de l’usine explosa suite à son sabotage par les rebelles, il n’eut pas besoin de se retourner pour savoir qu’il n’échapperait pas à l’onde de choc.

Cette entrée a été publiée dans Capella Secundus, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.