Sha’eil Taan

1

Tel un requin fendant les flots, l’imposant croiseur de guerre impérial de classe Vengeance filait gracieusement dans l’espace. Assis sur le trône de commandement du Médusa, l’Amiral Narkins prenait connaissance des rapports en provenance des vaisseaux placés sous ses ordres. Les diodes de sa couronne de contrôle, profondément enfoncée dans les implants cybernétiques greffés autour de son crâne, scintillaient alors que l’appareil convertissait les courants électriques en données lisibles par un cerveau humain.

Gorgone – Cdt Sharek – Rien à signaler
Basilik – Cdt Palleon – Rien à signaler
Manticore – Cdt Riskin – Rien à signaler

Le nom des vaisseaux suivis de celui de son commandant et de son statut s’imprimaient dans son cortex aussi clairement que s’il lisait une feuille de transplast.

Hydra – Cdt provisoire : Major Iokas – Nettoyage en cours.

Narkins soupira en voyant la dernière ligne du rapport. Une partie de l’équipage de l’Hydra avait fomenté une mutinerie au début des troubles sur Capella et il avait été forcé de se séparer personnellement et de manière définitive du Commandant Sarkis visiblement en forte dissension avec le credo sacré.

Une délégation envoyée par l’Inquisiteur Ezekiel purgeait en ce moment même l’équipage de ce vaisseau et, de toute évidence, peu des fiers marins qu’il avait autrefois eus sous ses ordres s’en sortiraient vivants. De ce fait, l’Hydra était loin d’être opérationnel et il faudrait malheureusement plusieurs années avant qu’un nouvel équipage vienne remplacer les malheureux qui subissaient en ce moment même le juste courroux des serviteurs de l’Empereur.

Après tout, peu importait. La flotte de défense de Capella Secundus ne pouvait rien faire pour aider les hommes au sol et, il faut bien le dire, l’inactivité l’exaspérait au plus haut point. Une guerre faisait rage plusieurs kilomètres sous ses pieds et il se sentait tout simplement inutile.

Médusa – Tous les systèmes parés. Armes prêtes, torpilles Cyclone chargées. Chasseurs en niveau d’alerte deux – Rien à signaler.

Ne pouvant réprimer un léger sourire en voyant apparaître le statut de son propre bâtiment, il retira sa couronne ointe d’onguents sacrés, déconnectant son esprit de celui de la machine. Comme à l’accoutumée, la sensation fut désagréable. Une sorte de pincement aussi bien physique que psychique qui lui laissait toujours l’impression de s’être fait enlever une partie de lui-même. Récitant une brève prière, il rendit hommage à l’Empereur de lui donner un outil si performant afin d’accomplir Sa volonté.

L’Amiral récapitula mentalement les données qu’il venait de recevoir. Pour autant qu’ils pouvaient l’être, ils étaient prêts. Seuls les vaisseaux Astartes, croisant de l’autre côté de la planète, n’avaient pas répondu à sa demande d’information. Cela ne l’étonnait guère, les Space Marines n’ayant eu aucun contact avec les vaisseaux de la garnison capellanne depuis leur arrivée. Malgré tout, ce silence l’inquiétait quelque peu. Avec les récents évènements survenus sur l’Hydra, qui pouvait savoir ce qui se tramait dans l’esprit de ces guerriers surhumain dont la légendaire vocation était de faire couler le sang ?

Le Médusa orbitait autour de l’hémisphère nord de la planète. Même depuis l’espace, il pouvait voir le déchaînement des vents et des orages couvrant l’entièreté de Capella Secundus. La lourde chape de nuages noirs zébrés d’éclairs était impénétrable. Narkins n’avait jamais vu ça et, bien que le spectacle ait quelque chose d’hypnotisant, il savait que le sort de ce monde était en train de s’y jouer.

– Amiraaaaaal.

La voix traînante d’un serviteur mécanisé le tira de ses profondes réflexions. Il lui fit un signe de la tête, l’incitant à continuer.

– Amiraaaaal, le cœur astropathique a dééééééééétecté une fluctuatioooooon dans le Waaaaaaaarp.

Une perturbation ? Cela ne pouvait signifier que peu de choses et la sortie d’un nouveau vaisseau depuis l’Empyrean était la plus probable. Ils n’attendaient pourtant personne.

– En visuel. Se contenta-t-il de répondre.

Instantanément, la passerelle du vaisseau s’anima et l’équipage s’empressa de positionner le navire afin d’orienter la baie de transpacier vers le flot d’énergie scintillante qui se formait aux alentours d’une des lunes du système.

– Amiraaaaaaaaal, le scanner détecte plusieurs vaisseaaaaaaux.
– Origine ?
– Inconnuuuuuue monsieuuuuuur.

Narkins frissonna. Sur la console de navigation, un agrandissement longue distance lui montrait les images déformées de plusieurs navires de guerre. Des cuirassés de classe Executor et Repulsive. D’anciennes nobles constructions impériales aujourd’hui sous la tutelle de ses plus abjects détracteurs.

Et ils arrivaient à pleine vitesse !

Cette entrée a été publiée dans Capella Secundus, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.