Remus, Mytril Knights of Justice

Remus, Mytril Knights of Justice – ATORGAEL

La puanteur des marais d’Armida était telle que son respirateur ne suffisait pas à filtrer l’air fétide qui s’en échappait. Cette immonde odeur de kérosène mélangé à de l’excrément et aux effluves toxiques charriés vers la mer des os ne quittait plus ses narines depuis son arrivée sur Medusa V. Cette planète était en proie à de graves troubles et un groupe d’action rapide des Knights of Justice avait été dépêché de toute urgence pour répondre à l’appel de détresse lancé par le capitaine Sicarius des Ultramarines.

Ordre leur avait été donné de rejoindre la ruche Stheno et de la défendre conjointement avec la garde impériale et d’autres chapitres Astartes aux effectifs réduits. Seulement, le voyage entre leur site d’atterrissage, près de Ceryon, et la cité, n’avait pas été de tout repos et, par deux fois déjà, ils avaient été attaqués par les suppôts des puissances de la ruine, ralentissant leur avancée et causant les premières pertes de cette guerre dans les rangs des guerriers de l’Empereur.

Ces satanés marais n’aidaient en rien leur progression, une putride fange boueuse couvrant la majorité du terrain à pratiquer, les blindés s’embourbaient régulièrement et plusieurs serviteurs étaient déjà morts de fatigue pour sortir les monstres de fer de leur piège naturel.

Remus n’avait que faire du temps qu’il faudrait pour arriver au point de jonction. Il n’attendait que le moment où il pourrait se battre, en venant presque à espérer une nouvelle attaque des Word Bearers sur le convoi tant l’attente de l’affrontement lui devenait douloureuse.

Il sentait chez ses frères Cathars la même impatience couler dans leurs veines. Tous ceux qui avaient bu au calice supportaient difficilement ce genre de situation, mais ils étaient forts, ils ne cèderaient pas à ce qu’ils appelaient ‘la faim’.

Regardant nonchalamment vers l’étendue d’eau verdâtre s’écoulant depuis l’amont et charriant déchets radioactifs et vase polluée, Remus y vit flotter les restes d’une armure ennemie sectionnée au niveau du tronc. Les cornes et autres mutations que celle-ci ornait était un blasphème à tout ce qu’il croyait et il regrettait de ne pas avoir pu lui ôter la vie lui-même.

‘Bien’, pensa –t-il. ‘Bientôt ce désert marécageux sentira le sang plus que la merde. Ce n’est pas plus mal’

Il n’eut pas le temps de sourire à sa pensée que son communicateur déversa un flot d’ordres brefs et précis. Un combat se déroulait à proximité et ils allaient sans attendre porter assistance à leurs alliés.

Jetant un dernier regard au cadavre flottant, il se rendit compte qu’il n’espérait qu’une seule chose. Voir dans chaque cours d’eau de la planète le même spectacle macabre. Et c’est exactement ce qu’il allait s’employer à faire avec toute la dévotion qu’un combattant de la foi impériale pouvait offrir à ses ennemis.

Cette entrée a été publiée dans Rendarthon, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.