Mafia

La petite pièce dépouillée de toute décoration était sombre… Très sombre… Trop sombre…

Assis, menotté sur une chaise en métal froid, se trouvait Alberto, ancien chauffeur du gros Tony qui n’en menait pas large depuis la mort du patron. En face de lui se tenait un homme à la stature impressionnante. Rien que sa présence le faisait se sentir mal à l’aise. La réputation de l’homme dont on ne connaissait que le surnom le précédait et, c’était bien connu, Main d’Argent faisait rarement dans la dentelle.

Sans même qu’on lui ait posé de questions, Alberto s’était mis à table. D’une voix empreinte de tension, il déblatérait tout ce qu’il savait concernant les gens dont les photos étaient étalées sur la table.

‘Rendar ? Oui, je le connais. Enfin, je le connais de réputation, il est plutôt discret comme gaillard. Je pense ne l’avoir aperçu qu’une ou deux fois. Toujours très propre sur lui, très bien sapé mais toujours calibré parait-il’

Voyant que son interlocuteur ne réagissait pas, Alberto commença à paniquer. Et si le flic n’était pas satisfait de ses réponses ? S’il décidait de se montrer, comme sa réputation le laissait entendre, encore plus impitoyable que les parrains de RCKtown ?

‘Ha si, j’me souviens d’autres trucs. Mais ce sont des rumeurs hein, rien de confirmé’

D’un signe de tête, Main d’argent l’encouragea à continuer.

‘Il se fait appeler ‘Gueule d’ange’ du fait de son physique avantageux, mais ses détracteurs ont plutôt coutume de le nommer ‘Démon’ ou ‘Dragon’. On raconte qu’il est né d’une union passée sous silence entre un ancien parrain d’une famille italienne et une jeune Yakusa. Il aurait hérité de la détermination et du caractère impitoyable des japonais ainsi que du sens de la famille et de la froideur des italiens. Nul ne sait comment il est arrivé à RCKtown, mais on lui a prêté une relation très intime avec Yunalesca De la Scala, la marraine de la famille homonyme. Tout ceux qui savaient quelque chose ont mystérieusement disparu, mais il est certain qu’il s’est fait adopter par la famillia De la Scala et est maintenant un des hommes de main les plus fiables de Dame Yuna’

Le flic semblait satisfait. D’un geste posé, il présenta une autre photo à Alberto qui sembla soudain se souvenir d’un détail.

‘Ha oui, j’oubliais. On raconte qu’il ne jure que par ses deux Beretta ouvragés, mais c’est faux. Plusieurs rumeurs parlent également d’une incroyable maîtrise du sabre et de l’épée’

Ne laissant rien paraître de sa surprise, Main d’Argent continua à interroger silencieusement la misérable balance en face de lui. Le boulot risquerait d’être beaucoup plus difficile que prévu…

Cette entrée a été publiée dans Essais, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.