Archives de l’auteur : Rendar

Renouveau

Non, ce n’est pas le titre de mon dernier texte, c’est juste pour vous prévenir que le site va (est en train de) prendre un petit coup de jeune. Ça ne lui fera pas de mal.

Promis dans les semaines qui viennent, plein de nouvelles choses à découvrir.

En attendant, merci de vote compréhension, les textes sont un peu dans tous les sens pendant que tout se met en place.

Rendar

Publié dans Le site | Marqué avec | Un commentaire

Capella Secundus

Une grande aventure flamboyante où l’on découvre un personnage attachant et tout un univers propre à ses auteurs.

L’inquisiteur DeSaintes est confronté aux pires horreurs de la galaxie.

A l’origine, j’avais rédigé un petit texte sans prétention, juste pour le plaisir. c’était mon tout premier coup d’essai. L’histoire a bien plu à l’ami Rendar qui m’a alors proposé une suite sympa. Le doigt était mis dans l’engrenage…

Baal-Moloch

Lire un texte et sentir une idée germer dans son esprit…

La proposer… Et c’est le début d’un partenariat, d’une saga inquisitoriale et de la découverte d’une personne discrète mais très talentueuse : Baal-Moloch

Je le remercie d’ailleurs car laisser quelqu’un jouer dans ses idées n’est pas toujours aisé.

Les yeux de l’Empereur sont sur vous cher lecteur…

Rendar

Publié dans Capella Secundus | Marqué avec , | 2 commentaires

Sha’eil Taan

1

Tel un requin fendant les flots, l’imposant croiseur de guerre impérial de classe Vengeance filait gracieusement dans l’espace. Assis sur le trône de commandement du Médusa, l’Amiral Narkins prenait connaissance des rapports en provenance des vaisseaux placés sous ses ordres. Les diodes de sa couronne de contrôle, profondément enfoncée dans les implants cybernétiques greffés autour de son crâne, scintillaient alors que l’appareil convertissait les courants électriques en données lisibles par un cerveau humain.

Gorgone – Cdt Sharek – Rien à signaler Basilik – Cdt Palleon – Rien à signaler Manticore – Cdt Riskin – Rien à signaler

Le nom des vaisseaux suivis de celui de son commandant et de son statut s’imprimaient dans son cortex aussi clairement que s’il lisait une feuille de transplast.

Hydra – Cdt provisoire : Major Iokas – Nettoyage en cours.

Narkins soupira en voyant la dernière ligne du rapport. Une partie de l’équipage de l’Hydra avait fomenté une mutinerie au début des troubles sur Capella et il avait été forcé de se séparer personnellement et de manière définitive du Commandant Sarkis visiblement en forte dissension avec le credo sacré.

Une délégation envoyée par l’Inquisiteur Ezekiel purgeait en ce moment même l’équipage de ce vaisseau et, de toute évidence, peu des fiers marins qu’il avait autrefois eus sous ses ordres s’en sortiraient vivants. De ce fait, l’Hydra était loin d’être opérationnel et il faudrait malheureusement plusieurs années avant qu’un nouvel équipage vienne remplacer les malheureux qui subissaient en ce moment même le juste courroux des serviteurs de l’Empereur.

Après tout, peu importait. La flotte de défense de Capella Secundus ne pouvait rien faire pour aider les hommes au sol et, il faut bien le dire, l’inactivité l’exaspérait au plus haut point. Une guerre faisait rage plusieurs kilomètres sous ses pieds et il se sentait tout simplement inutile.

Médusa – Tous les systèmes parés. Armes prêtes, torpilles Cyclone chargées. Chasseurs en niveau d’alerte deux – Rien à signaler.

Ne pouvant réprimer un léger sourire en voyant apparaître le statut de son propre bâtiment, il retira sa couronne ointe d’onguents sacrés, déconnectant son esprit de celui de la machine. Comme à l’accoutumée, la sensation fut désagréable. Une sorte de pincement aussi bien physique que psychique qui lui laissait toujours l’impression de s’être fait enlever une partie de lui-même. Récitant une brève prière, il rendit hommage à l’Empereur de lui donner un outil si performant afin d’accomplir Sa volonté.

L’Amiral récapitula mentalement les données qu’il venait de recevoir. Pour autant qu’ils pouvaient l’être, ils étaient prêts. Seuls les vaisseaux Astartes, croisant de l’autre côté de la planète, n’avaient pas répondu à sa demande d’information. Cela ne l’étonnait guère, les Space Marines n’ayant eu aucun contact avec les vaisseaux de la garnison capellanne depuis leur arrivée. Malgré tout, ce silence l’inquiétait quelque peu. Avec les récents évènements survenus sur l’Hydra, qui pouvait savoir ce qui se tramait dans l’esprit de ces guerriers surhumain dont la légendaire vocation était de faire couler le sang ?

Le Médusa orbitait autour de l’hémisphère nord de la planète. Même depuis l’espace, il pouvait voir le déchaînement des vents et des orages couvrant l’entièreté de Capella Secundus. La lourde chape de nuages noirs zébrés d’éclairs était impénétrable. Narkins n’avait jamais vu ça et, bien que le spectacle ait quelque chose d’hypnotisant, il savait que le sort de ce monde était en train de s’y jouer.

– Amiraaaaaal.

La voix traînante d’un serviteur mécanisé le tira de ses profondes réflexions. Il lui fit un signe de la tête, l’incitant à continuer.

– Amiraaaaal, le cœur astropathique a dééééééééétecté une fluctuatioooooon dans le Waaaaaaaarp.

Une perturbation ? Cela ne pouvait signifier que peu de choses et la sortie d’un nouveau vaisseau depuis l’Empyrean était la plus probable. Ils n’attendaient pourtant personne.

– En visuel. Se contenta-t-il de répondre.

Instantanément, la passerelle du vaisseau s’anima et l’équipage s’empressa de positionner le navire afin d’orienter la baie de transpacier vers le flot d’énergie scintillante qui se formait aux alentours d’une des lunes du système.

– Amiraaaaaaaaal, le scanner détecte plusieurs vaisseaaaaaaux. – Origine ? – Inconnuuuuuue monsieuuuuuur.

Narkins frissonna. Sur la console de navigation, un agrandissement longue distance lui montrait les images déformées de plusieurs navires de guerre. Des cuirassés de classe Executor et Repulsive. D’anciennes nobles constructions impériales aujourd’hui sous la tutelle de ses plus abjects détracteurs.

Et ils arrivaient à pleine vitesse !

Publié dans Capella Secundus | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Sha’eil Taan

Remus, Mytril Knights of Justice

Remus, Mytril Knights of Justice – ATORGAEL

La puanteur des marais d’Armida était telle que son respirateur ne suffisait pas à filtrer l’air fétide qui s’en échappait. Cette immonde odeur de kérosène mélangé à de l’excrément et aux effluves toxiques charriés vers la mer des os ne quittait plus ses narines depuis son arrivée sur Medusa V. Cette planète était en proie à de graves troubles et un groupe d’action rapide des Knights of Justice avait été dépêché de toute urgence pour répondre à l’appel de détresse lancé par le capitaine Sicarius des Ultramarines.

Ordre leur avait été donné de rejoindre la ruche Stheno et de la défendre conjointement avec la garde impériale et d’autres chapitres Astartes aux effectifs réduits. Seulement, le voyage entre leur site d’atterrissage, près de Ceryon, et la cité, n’avait pas été de tout repos et, par deux fois déjà, ils avaient été attaqués par les suppôts des puissances de la ruine, ralentissant leur avancée et causant les premières pertes de cette guerre dans les rangs des guerriers de l’Empereur.

Ces satanés marais n’aidaient en rien leur progression, une putride fange boueuse couvrant la majorité du terrain à pratiquer, les blindés s’embourbaient régulièrement et plusieurs serviteurs étaient déjà morts de fatigue pour sortir les monstres de fer de leur piège naturel.

Remus n’avait que faire du temps qu’il faudrait pour arriver au point de jonction. Il n’attendait que le moment où il pourrait se battre, en venant presque à espérer une nouvelle attaque des Word Bearers sur le convoi tant l’attente de l’affrontement lui devenait douloureuse.

Il sentait chez ses frères Cathars la même impatience couler dans leurs veines. Tous ceux qui avaient bu au calice supportaient difficilement ce genre de situation, mais ils étaient forts, ils ne cèderaient pas à ce qu’ils appelaient ‘la faim’.

Regardant nonchalamment vers l’étendue d’eau verdâtre s’écoulant depuis l’amont et charriant déchets radioactifs et vase polluée, Remus y vit flotter les restes d’une armure ennemie sectionnée au niveau du tronc. Les cornes et autres mutations que celle-ci ornait était un blasphème à tout ce qu’il croyait et il regrettait de ne pas avoir pu lui ôter la vie lui-même.

‘Bien’, pensa –t-il. ‘Bientôt ce désert marécageux sentira le sang plus que la merde. Ce n’est pas plus mal’

Il n’eut pas le temps de sourire à sa pensée que son communicateur déversa un flot d’ordres brefs et précis. Un combat se déroulait à proximité et ils allaient sans attendre porter assistance à leurs alliés.

Jetant un dernier regard au cadavre flottant, il se rendit compte qu’il n’espérait qu’une seule chose. Voir dans chaque cours d’eau de la planète le même spectacle macabre. Et c’est exactement ce qu’il allait s’employer à faire avec toute la dévotion qu’un combattant de la foi impériale pouvait offrir à ses ennemis.

Publié dans Rendarthon | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Remus, Mytril Knights of Justice

Tyraélis, Archange de la justice

Tyraélis, Archange de la justice – GALAHAD

Des cris retentissaient dans le communicateur de son casque. Des ordres aboyés sèchement. A moins que cela ne soit les cris des mourants, tombant par dizaine sous l’assaut rageur des forces de l’Adeptus Astartes. Les trois lunes dans le ciel nocturne découpant les pourtours d’un immense château construit à même la pierre ne laissaient aucun doute, il était sur Angelis IV. Aidé par les Lightning Swords, un détachement Knights of Justice purgeait une citadelle rebelle, bastion du Dieu du Changement.

Ses yeux se rouvrirent. Il était assit sur la banquette froide d’une soute de thunderhawk, les mains tremblantes, le souffle court, la poitrine percluse de douleur. Pourquoi était il sans cesse condamné à revoir ces images ? Les images du jour où tout avait commencé. C’était pourtant il y a plus de deux cent ans, ce que les historiens avaient appelés ‘L’écrasement d’Angélis’ s’était soldé sur le papier par une victoire des forces impériales. Mais la vérité était toute autre.

La situation était catastrophique. Menant une escouade à la pointe de l’assaut, le jeune épistolier était englué dans une situation inextricable. Devant eux, un nid de batterie lourde les clouaient au sol et aucun soutien n’était disponible pour venir leur prêter main forte. Ses frères tombaient comme des mouches, éclatant sous les puissants rayons d’énergie comme des fruits trop mûrs. C’était alors qu’Il était arrivé. Descendant seul du ciel, auréolé des flammes de ses réacteurs, Il irradiait une puissance telle que le jeune archiviste en eu le souffle coupé.

Serrant le poing, Tyraelis tenta de ne pas laisser monter en lui sa colère. Ce qu’il avait cru tout d’abord être un sauveur était en fait l’instrument de sa damnation. De minces éclairs se mirent à parcourir ses doigts alors que les sceaux de protection psychiques spécialement installés pour contenir son énergie dévastatrice se mettaient à scintiller, illuminant la pièce d’un halo bleuté. Son sauveur, son bourreau, Accolon, maudit soit il ainsi que tout les Lightning Swords qui l’avaient transformé en ce qu’il était maintenant.

Depuis ce jour, touché par la malédiction du paladin, il était devenu un réceptacle extrêmement puissant d’énergie psychique. Seulement, ses pouvoirs étaient instables et le consumaient littéralement, lui faisant souffrir un martyre qu’il ne pouvait expier que dans le chaos de la guerre. Il était devenu une machine à tuer, prendre des vies étant devenu le seul remède pour éviter l’horrible souffrance qui était devenue sa compagne quotidienne.

Pourtant, une partie de lui chérissait ce don. Oui, il était condamné à se battre jusqu’à la limite de l’épuisement physique et mental sous peine de mourir, consumé par son propre pouvoir mais il était également une arme formidable, fauchant les ennemis de l’Empereur sous les coups de son Maul de force et liquéfiant leurs cerveaux grâce aux puissance issues de l’Ether. Sa vie n’était plus que sang, douleur et violence, entrecoupés d’enfermement dans des cellules scellées et protégée aussi bien pour sa survie que celle des autres.

A sa droite, une silhouette familière attira son attention. La forme torturée de X-1, un angelot cybernétique qui l’accompagnait dorénavant, se dessinait dans la lumière blafarde de la soute. Ce nouveau né, arraché à ses parents sur Aldera, avait été asservi et modifié à la gloire de l’Empereur pour lui servir de coupe-circuit au cas ou ses pouvoirs risquaient de menacer son enveloppe physique tant ces derniers pouvaient être dévastateurs. Le chérubin emmenait également au combat l’épée de justice, une précieuse relique du chapitre qui canalisait encore plus les puissances du warp.

Les murs de la soute se teintèrent d’une lumière écarlate alors que, au milieu de la pièce, une trappe s’ouvrait sur un lit de nuages cotonneux. Il était l’heure de livrer bataille, une fois de plus. Il se leva doucement, rabattant sur son visage parcheminé la capuche de sa toge. Il ne s’était vu qu’une fois dans un miroir depuis les événements d’Angélia et il lui avait semblé avoir vieilli de mille ans. Se saisissant de son marteau, il s’approcha du trou béant donnant sur le vide. D’un geste, il ordonna à son familier de s’y engouffrer le premier avant de, lui-même, sauter du transporteur aérien. Aujourd’hui encore, du sang allait couler à la gloire de son chapitre. Mais avant chaque combat, il espérait que peut être, quelqu’un allait enfin être assez fort pour le tuer et le libérer ainsi d’une souffrance éternelle.

– Force et Honneur, murmura-t-il avant de se laisser tomber, sa robe de bure claquant au vent comme le bruit d’un marteau qui allait bientôt s’abattre sur ses adversaires.

Publié dans Rendarthon | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Tyraélis, Archange de la justice

Rendar, Maître des Knights of Justice

Rendar, Maître des Knights of Justice – THARGANNIS

Le vol rugissant de trois Thunderhawks en formation serrée perça les cieux obscurs dans un fracas assourdissant. A l’intérieur de la soute de largage, deux yeux ne pouvaient décoller leurs rétines du marqueur indiquant la distance les séparant de l’objectif. Les mètres s’égrenaient à une vitesse folle, il serait bientôt l’heure.

Se détournant de l’écran illuminant à lui seul de sa pâle lumière le reste de la pièce, il adressa à chacun des soldats présents un regard rempli de détermination. Nul besoin d’un long discours, sa garde d’honneur connaissait comme lui les enjeux et les risques de cette mission et ce seul regard suffisait à attiser dans leurs cœurs une haine déjà brûlante envers les ennemis de l’Empereur.

Un sifflement strident vint soudainement vriller les oreilles des guerriers rassemblés dans la pièce exiguë. La rampe de saut s’abaissa rapidement, laissant entrer des bourrasques de vent déchaînées, qui virent frapper son visage dénudé. Sans hésiter, il se jeta dans le vide suivi de sa suite. Le poids de son armure lui fit vite atteindre une vitesse dépassant l’entendement et son corps tout entier, compressé par la force d’inertie, semblant aussi lourd que du métal alors qu’il traversait la dernière strate de nuages gorgés d’eau polluée.

Devant lui s’étalait un spectacle impressionnant. Toute la plaine était recouverte de formes massives courant à pleine vitesse et semblant donner au sol une allure de mer déchaînée. Tournant difficilement sa tête de gauche à droite, il vit les membres des escouades Eagle et Storm chutant eux aussi vers leurs ennemis comme des flocons d’une neige purificatrice.

Il pouvait maintenant presque distinguer les visages de ses proies. Des orks par centaines se répandant sur le sol de Médusa comme une gangrène purulente dans un membre blessé.

– Maintenant !!!, hurla-t-il dans son communicateur pour couvrir le hurlement du vent.

Comme un seul homme, tous les marines de la force d’intervention allumèrent leurs réacteurs dorsaux, allumant le ciel d’une pluie de petites flammes annonçant la tempête dans un grondement qui parvint presque à couvrir celui des éléments déchaînés.

Le choc encaissé par sa colonne vertébrale était phénoménal, et la distance entre ses pieds et le sol, bien que fortement ralentie, continuait de diminuer beaucoup plus vite que ce qu’un être humain normal aurait pu supporter.

Le contact fut extrêmement violent. Il atterrit sur les épaules d’un ork, l’écrasant sans peine sous ses bottes de métal dans un craquement écoeurant. Lorsque les Cathars de sa garde rapprochée le rejoignirent quelques secondes plus tard, les xénos sortis de leur surprise furent balayés par une pluie de tirs à courte portée. Son bolter crachait la mort, démembrant ses ennemis et perforant leurs légères armures, alors que des rapports faisant état de multiples contacts provenaient des deux autres escouades ayant touché le sol à différents points éloignés de sa position.

Un bruit mécanique derrière lui le fit se retourner de justesse pour éviter une immense lame circulaire brandie par une de leurs imposantes machines archaïques qu’ils osaient appeler dreadnought. De son pouce droit, il bascula le sélecteur de son bolter pour que son prochain tir soit craché par le lance-plasma combiné de son arme. Un bref rapport lui indiqua que sa garde rapprochée avait engagé le contact au corps à corps. Il devait les rejoindre immédiatement sous peine d’être coupé de sa suite.

La scie circulaire frappa encore, venant labourer le sol à l’endroit où il se trouvait quelques instants auparavant. S’élançant vers l’avant, il vint se placer juste en dessous du cockpit de la machine. Levant son bolter, il fit feu une unique fois, libérant un rayon d’énergie concentré qui vint liquéfier le métal puis son pilote.

Alors qu’il se retournait pour s’élancer vers les violents combats qui faisaient rage autour de lui, la carcasse fumante de l’engin s’écrasait au sol dans un bruit lourd, entraînant avec elle plusieurs xénos qui n’auraient pour tombe que les cendres de la plaine d’Armida.

D’une pression brusque, il libéra de son poing gauche les griffes énergétiques qui y étaient abritées. Tirant encore quelques rafales très courtes avant le contact, il vit le frère Apatrio se faire trancher en deux par un énorme ork en armure lourde. Instantanément, il changea de trajectoire pour se diriger vers le monstre de chair et de muscles.

Un premier xénos tenta de s’interposer avant que sa mâchoire ne se désolidarise du reste de sa tête sous l’effet d’un violent coup de crosse d’acier. Se servant de la force du mouvement pour pivoter autour d’un axe imaginaire, ses griffes vinrent trancher trois autres créatures qui tombèrent lourdement au sol. Dans un mouvement ascendant, il coupa littéralement en deux un autre extra-terrestre qui tentait de lui asséner un coup de hache avant de tirer un brève rafale de bolt dans le dos d’un imposant ork qui chargeait vers le Mystril Avoghai.

Ce dernier le remercia d’un bref signe de tête, trop occupé à pourfendre une nuée d’ennemis sous le fil de sa lance. Frère Starts succomba lui aussi sous les assauts du nob quelques secondes avant qu’il ne puisse venir le secourir. Brûlant d’une rage à peine contenue, il se jeta sur l’ork lui assénant un coup de coude d’une puissance inouïe. La créature hurla de douleur tout en balayant d’un revers de son énorme pince énergétique le bras de son assaillant. Le choc fut tel que le maître de chapitre en lâcha son bolter qui s’envola à plusieurs mètres de là. Tentant alors de perforer le thorax de l’immonde bête, cette dernière esquiva maladroitement son attaque pour se remettre en position défensive.

Les deux adversaires se regardaient fixement les yeux emplis de haine et de colère. Rugissant bruyamment, l’ork fit claquer les lames de son imposante pince, ce qui fit doucement sourire le space marine qui s’élança en avant. A quelques secondes du contact, Rendar alluma à nouveau ses réacteurs, créant une forte poussée qui le fit s’envoler de près de trois mètres, évitant ainsi la charge sauvage du nob. Toujours dans les airs, il effectua un retournement qui l’amena dos à son assaillant.

– CATHARS, hurla-t-il. UNE ARME.

A peine eu-t-il touché le sol que frère Idéus, aux prises avec deux peaux vertes, lui lança sans hésiter sa longue épée énergétique qui vint atterrir dans sa paume droite. Croisant les bras, il plaça ses griffes au dessus de l’épaule droite de son adversaire et la lame qu’il venait de recevoir contre la nuque du côté gauche de l’ork. Dans un mouvement de cisaille, la tête du nob se détacha de son cou dans une gerbe de sang qui abreuva la terre sèche de la plaine.

Redressant la tête, il constata qu’ils avaient tracé un cercle de cadavres d’une dizaine de mètres de diamètre autour de leur position. Seuls restaient debout les guerriers en armures grise et noire couvertes de sang, mais ce n’était que le début.

– Pour l’Empereur. Rugit-il furieusement tout en levant haut l’épée d’Idéus et pointant de ses griffes le reste de la force ork

– Et pour le chapitre, cria alors frère Avoghai.

– FORCE ET HONNEUR, reprirent en cœur tous les guerriers avant de se jeter sur l’ennemi.

Publié dans Rendarthon | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Rendar, Maître des Knights of Justice

Frère Emahel, sergent vétéran de la famille Durron

Frère Emahel, sergent vétéran de la famille Durron – BASTRUK

C’était comme si quelque chose n’allait pas. Comme un pressentiment qu’une catastrophe allait survenir. Il le savait, il était issu d’une famille dans laquelle il était fréquent de naître avec des aptitudes psychiques hors du commun mais les psykers du chapitre n’avaient rien détectés à son sujet lors de son admission. Pourtant il avait toujours fais confiance à ses impressions et cela avait toujours payé.

Ce tiraillement ne l’avait pas abandonné depuis qu’ils avaient quittés l’avant poste pour patrouiller dans les forêts alentours. Et cela ne faisait qu’empirer allant jusqu’à lui occasionner un début de mal de tête.

‘Ouvrez l’œil escouade alpha’ S’entendit-il murmurer à la poignée d’hommes placés sous son commandement. Inconsciemment, sa main avait glissé vers le holster de son pistolet bolter pour en détacher la sécurité.

Une sorte de bulle explosa alors dans sa tête. ‘A couvert’ Hurla-t-il sans même s’en rendre compte.

Rodé par des dizaines d’années de combats, les spaces marines s’exécutèrent instantanément évitant ainsi un déluge de balles tirées depuis une série de buissons. La riposte ne se fit pas attendre et les Knights of Justice ouvrirent le feu au jugé tout en adoptant une formation de combat standard.

‘Waaaaaaaaaaaaaaaaaaaagh’

Le beuglement se répercuta dans la forêt alors qu’une dizaine de silhouettes massives sortaient de leur cachette à quelques mètres à peine de la formation impériale. S’il n’avait pas eu ce pressentiment, ils seraient tous morts à l’heure qu’il est.

La charge ork se brisa sur le mur d’armures noires entraînant une mêlée indescriptible de coups, cris, détonations et mugissements. Emahel venait de terrasser l’un des xénos lorsqu’il reçut un puissant coup à l’épaule. Se retournant pour identifier la menace, il eut à peine le temps d’éviter la grenade de son adversaire que ce dernier utilisait comme d’une matraque. L’ork en face de lui était légèrement plus grand que ceux qu’il venait de combattre et le regardait de ses petits yeux dénués d’intelligence.

Sans hésiter, le nob se jeta sur lui en beuglant comme un possédé. La créature verte ne s’attendait vraisemblablement pas à ce qu’il en fasse de même et le choc fut d’une violence terrible. Emahel failli être projeté à terre par la masse de l’ork mais il parvint in extremis à garder son équilibre. Déjà, la créature levait ses armes pour frapper mais le space marine fut plus rapide et, d’un geste vif, il enserra de sa main gantée de métal la trachée de l’ork. De son autre main, il se saisit de l’épée tronçonneuse accrochée à sa ceinture.

A quelques centimètres derrière lui, un snot dubitatif se demandait ce qu’il allait bien pouvoir faire des dents qu’il récolterait sur le cadavre de son ancien tortionnaire après que le soldat impérial en aurait fini avec lui.

Publié dans Rendarthon | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Frère Emahel, sergent vétéran de la famille Durron

Karel, scout Knights of Justice

Karel, scout Knights of Justice – COURGETTE

Avançant avec précaution et se cachant derrière le moindre couvert possible, le jeune scout s’approchait lentement de son objectif. Ces fous de renégats avaient osé ne pas obéir à un ordre du gouverneur du système leur intimant de raser un village dans lequel se cachait une escouade de déserteurs et c’était maintenant à eux de faire le sale boulot.

Ils n’avaient toujours pas été détectés par les quelques sentinelles qui patrouillaient. Ils étaient pourtant plus d’une vingtaine de jeunes récemment implantés et désireux de faire leurs preuves. La tactique était parfaitement huilée, répétée des centaines de fois au centre d’entraînement sur Aldera et le filet allait très bientôt se refermer sur les traîtres à l’Empereur.

Ils devaient être à 20 mètres du campement. Silencieusement, Karel s’agenouilla et décrocha l’imposant lance missiles accroché à son dos. Suivant du regard ses frères scouts qui continuaient leur progression, il saisit l’un des missiles accrochés à sa cuisse. ‘Tête antichar’ pensa-t-il silencieusement ‘Parfait’. D’un geste discret, Ation lui indiqua que le chemin était dégagé. C’était quand il voulait.

Lentement, il fit glisser le missile dans le canon de son arme jusqu’à entendre le déclic rassurant de la sécurité se désactivant. Portant l’arme à son épaule, il plaça le viseur contre son œil droit. Instantanément, une foule d’informations lui fut relayée. Distance jusqu’à objectif, probabilité de succès du tir, vitesse du vent… Les détecteurs infrarouges de son implant cybernétique, posé sur l’autre œil, l’informaient du nombre de renégats derrière la lourde porte blindée. Patiemment, il attendit encore quelques secondes qu’un groupe de soldats, matérialisé par des silhouettes rougeâtres, passe juste devant le solide portail.

Son doigt pressa la détente et, malgré le recul, il ne pu détourner son regard de la traînée blanche qui ne mit qu’une fraction de seconde pour atteindre son objectif. L’explosion fut apocalyptique et terrassa le blindage de la porte qui s’écroula au sol, écrasant au passage le groupe de renégats. Instantanément, ses frères ouvrirent un feu nourri tout en s’élançant vers la brèche. Son détecteur infrarouge le prévint alors qu’un autre groupe d’hommes se dirigeait vers l’entrée. Il prit un autre missile tout en effleurant la tête explosive. Un projectile antipersonnel…

Le temps qu’il réarme son lance-missiles, une vingtaine de gardes impériaux se rua à la rencontre des scouts Knights of Justice. Sans hésiter, il tira à nouveau. Le missile atterri au beau milieu de la formation ennemie, libérant un nuage de shrapnells acérés qui transforma le nuage de fumée, causé par l’explosion, en un nuage écarlate de membres et de sang.

Satisfait de son action, Karel se releva afin de rechercher une meilleure position de tir lui permettant de cibler le centre du campement. C’était la première fois qu’il tuait en situation de combat… Et cela lui plaisait terriblement…

Publié dans Rendarthon | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Karel, scout Knights of Justice

Julius, sergent vétéran de la famille Tycho

Julius, sergent vétéran de la famille Tycho – JUMO

Cela faisait des heures que Julius et ses compagnons étaient enfermés dans un bunker très exigu. Eux qui n’avaient à priori comme point commun que la volonté de servir l’Empereur combattaient ensemble depuis 11 mois. Sept space marines à la volonté et à la foi aussi dure que de l’acier mais provenant chacun de chapitres différents.

A côté de lui se tenaient Béhéphor, le Dark Angel taiseux au regard rempli de haine et le sergent Markil, un Ultra-marine à l’esprit rigide mais à la détermination sans faille. Derrière lui, observant le versant nord du Bunker, Kalinra des White Scars, sauvage et féroce se tenait accroupi devant Mahel, un Dark Exorcist zélé et excellent tireur.

– ‘Toujours aucunes nouvelles des frères Alama et Koropa ?’ S’enquit Markil d’une voix grave. ‘Non sergent s’entendit il répondre. Cela va bientôt faire plus de quatre heures’

Markil soupira. Après la perte hier de Karak, un Space Wolf indiscipliné mais terriblement efficace au combat rapproché, une ombre planait sur la petite équipe d’extermination Deathwatch. Julius caressa machinalement son plastron. Les pièces de l’armure de Karak lui avaient permis tant bien que mal de réparer la sienne, endommagée par un tir d’arme à énergie.

– ‘Sergent’ S’exclama-t-il soudainement. ‘En haut de la colline à droite’. Instantanément, Markil empoigna les jumelles qui pendaient à sa ceinture. ‘Par l’Empereur’ Lâcha-t-il en se saisissant de son Bolter. ‘Julius, Kalinra, avec moi, Mahel, Béhéphor, vous nous couvrez’

Etant le plus proche de la sortie, il appuya sur la commande d’ouverture laissant l’air vicié de la planète envahir le bunker. Suivant Markil, il se mit à courir vers l’autre versant de la petite colline sur laquelle est juchée leur point d’observation.

A quelques dizaines de mètres se trouvaient Koropa un marine Imperial Fist, soutenant tant bien que mal Alama du chapitre des Ice Tigers dont la blessure béante à l’épaule laissait présager le pire concernant son état.

– ‘Ils nous attendaient sergent’ Balbutia le blessé. ‘C’était un piège’

Alama eut à peine l’occasion de terminer sa phrase qu’un hululement inquiétant s’éleva, se répercutant dans l’air et s’amplifiant dans le vent. D’une cachette indétectable depuis leur position surgirent des dizaines de créatures à l’aspect vaguement félin qui se ruèrent alors en direction du petit groupe.

Les spaces marines ouvrirent instantanément le feu entamant une retraite vers le bunker. Dès que le frère Alama fut en sécurité, Julius, Kalinra, Markil et Koropa se retournèrent vers l’ennemi, l’arrosant d’un déluge de métal. Julius tirait sans discontinuer sur les Xénos faisant bon usage de son Bolter et de son pistolet qu’il tenait de concert, fauchant les créatures mal protégées comme du blé mur.

– ‘Pour l’Empereur’ Entendit il Markil crier.

– ‘Force et honneur’ Lâcha-t-il alors, reprenant la devise de son chapitre comme une prière brève pour qu’ils s’en sortent tous.

Publié dans Rendarthon | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Julius, sergent vétéran de la famille Tycho

Rendar, Maître des Knights of Justice

Rendar, Maître des Knights of Justice – KAYA

Les apothicaires appelaient ça une ‘douleur fantôme’. Juste un souvenir ne collant plus à la réalité et entraînant une forte et désagréable démangeaison un peu plus haut que son coude.

Lentement, il ouvrit les yeux. Sa main droite vint instinctivement caresser le métal froid qui lui faisait désormais office de bras gauche. Il essaya de bouger les membres de sa prothèse. Un bruit, mélange d’électrique et d’hydraulique, s’éleva dans la pièce. Le pouce, l’index, le majeur… Tout répondait à merveille. Plongeant son regard dans celui du frère Afyon, maître apothicaire du chapitre, il pu y lire toute sa satisfaction. Inutile pour lui de se demander si tout s’était passé comme prévu, il en avait la preuve devant ses yeux.

– ‘Avez-vous capturé les chefs rebelles comme prévu ?’

S’enquit-il simplement. Car qu’importe qu’il ait perdu un bras lors de l’affrontement, la mission était trop importante pour être ignorée et passer en second plan.

– ‘Oui maître’, répondit Afyon calmement, tout en contrôlant les voyants lumineux de sa console.

– ‘Parfait’. Ont-ils parlé ?

– ‘Oui, nos talentueux frères investigateurs ont fait des miracles. Ils ont avoué tout ce que nous voulions savoir… Et même plus’.

– ‘Bien’. Rendar se releva doucement laissant sa toge blanche retomber sur ses puissantes jambes et ses manches glisser le long de sa prothèse. ‘Je veux les voir’.

Quelques dizaines de minutes plus tard, la lourde porte d’une des nombreuses geôles de la citadelle noire s’ouvrait sur une pièce sale, froide et occupée par une dizaine d’humains aux traits tirés et à la peau pâle qui frissonnaient recroquevillés dans le fond de la cellule.

La large silhouette de Rendar se découpa dans la faible lumière provenant du couloir. Toujours vêtu de sa toge, il entra calmement dans la pièce, jaugeant du regard les misérables âmes dont le corps et l’esprit avaient été brisés par les tortures qu’on leur avait infligés.

– ‘Qu’on leur donne des armes !’, ordonna le maître de chapitre.

Une poignée d’épées fut jetée sur le dallage froid de la cellule. Rendar en dégaina deux. Une dans chaque main, même s’il ne pouvait pas sentir le cuir souple de la poignée de l’arme qu’il portait à sa gauche, il ressentait son poids, sa position et la prise qu’il exerçait.

– ‘Levez vous chiens !’, lança-t-il aux hères ébahis. ‘Levez vous et battez vous si vous en avez le courage !’.

Neuf hommes se saisirent d’une arme. ‘Bien’, pensa Rendar. Il avait besoin de passer ses nerfs et de tester son nouveau bras. Les prisonniers savaient certainement qu’ils seraient exécutés une fois les interrogatoires achevés. Mais, qui aurait cru qu’ils subiraient la sentence de l’Empereur des mains du maître de chapitre en personne. Lui, qu’ils avaient laissés pour mort sur le marbre du mausolée.

Dans un bruit lourd, la porte se referma…

Publié dans Rendarthon | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Rendar, Maître des Knights of Justice