Au nom de l’Empereur !

1

Gecko Holland mâchouillait nerveusement son cigare d’algues. La présence de Newmeier dans son échoppe clandestine le rendait mal à l’aise. Comment diable cet Inquisiteur avait-il pu le trouver, lui d’habitude si discret ? Quel fils de grox avait osé la trahir ? Et pourquoi donc ne l’avait-il pas encore exécuté ?

Newmeier examinait lentement, très lentement, l’ensemble des rayonnages et des tréteaux du local mal éclairé. Partout, des armes xénos, l’équivalent de sept longs mois de trocs, de marchandages et de pots-de-vin. Tout son stock risquait de partir bientôt en fumée s’il ne la jouait pas finement. Capable d’acheter et de vendre absolument n’importe quoi, Gecko se devait de donner le meilleur de lui-même et négocier sa propre vie.

– Mais sinon, ô Seigneur, que me vaut l’honneur de votre illustre présence dans mon humble commerce ?

Newmeier ne répondit pas, se contentant de lui jeter un regard en biais, vide de toute expression. Puis, il reprit son inspection, paisiblement, les mains jointes dans le dos. Ce lourd silence était inquiétant. Et le serviteur-guerrier barrant l’unique sortie n’augurait vraiment rien de bon…

– Holland, lâcha enfin l’Inquisiteur, l’exotisme de vos marchandises me laisse perplexe. Arrêtez-moi si je me trompe, mais votre petit business ne serait-il pas illicite ?

Gecko préférait se taire pour l’instant. Newmeier avait vraisemblablement l’air enjoué et ironique, le contrebandier ne devait pas baisser sa garde pour autant. L’agent de l’Imperium lui faisait dos à présent et continuait à déambuler dans la pièce, jetant parfois un coup d’œil de ci de là.

– Mmmh… Je constate que j’ai toute votre attention, Holland, aussi ne vais-je pas faire patienter plus longtemps l’homme d’affaires que vous êtes. J’ai l’intention de provoquer quelques incidents et votre armement pourra… Mmmh… Disons, servir comme pièces à conviction.

Une lumière rouge s’alluma dans la tête de Gecko. L’Inquisiteur lui révélait ses plans et n’était pourtant pas du genre à laisser des témoins gênants derrière lui. Il était temps de prendre la tangente pendant qu’il en avait encore l’occasion. Le plus discrètement possible, le trafiquant amorça un semblant de recul.

– Ignis !

A ce seul mot, le serviteur-guerrier se mit en branle. La visière du casque maintenant relevée dévoilait des yeux de psychopathe. Les intentions de la créature ne laissaient planer aucun doute : le tuer. Le monstre décérébré n’avait néanmoins pas fait un pas qu’il bascula en avant et s’écroula de tout son poids, une épée énergétique fichée entre les épaules.

Une silhouette émaciée se tenait dans l’embrasure de la porte. Newmeier n’eut pas l’occasion d’esquisser le moindre geste. Une détonation, et un petit trou rouge dégoulinant de sang dans le front.

Le nouvel intervenant s’avança dans la lumière. Portant une gabardine d’un noir de jais, l’homme posa un pied sur le cadavre du serviteur-guerrier et extirpa d’un coup son épée. Barbiche et cheveux blancs, il lui sourit.

– Monsieur Holland je présume, il semble que je sois arrivé au bon moment.
– Je ne sais pas qui vous êtes, bafouilla Gecko, pourtant sachez qu’entre nous, c’est désormais à la vie, à la mort !
– Calmez donc votre enthousiasme, vous n’êtes pas encore tiré d’affaire. Mais laissez-moi d’abord m’introduire, je me présente : je suis l’Inquisiteur DeSaintes, de l’Ordo Xenos.

Le marchand d’armes sentit une sueur froide descendre le long de sa colonne vertébrale. Il savait l’individu à ses trousses depuis des années et lui avait déjà échappé in-extremis plusieurs fois.

– Je vois que l’évocation de mon nom ne vous laisse pas indifférent. Toutefois, rassurez-vous. Il n’est plus question pour moi de vous punir pour vos petites incartades, pour l’instant…
– Et… Et pourquoi cette soudaine mansuétude ?
– Tout simplement parce que, pour une raison que j’ignore, vous avez vos entrées dans le vaisseau-monde Shemash et que j’ai bien l’intention de m’y rendre avec votre aide.
– Comment pouvez-vous être au courant de cela ?
– Mes sources ne vous intéressent pas, monsieur Holland. Je vous invite à ranger rapidement votre attirail, nous partons sur-le-champ.

Gecko n’avait pas le choix dans l’immédiat et devait obéir. Il allait lui falloir échafauder une stratégie au plus vite pour se débarrasser de DeSaintes car les eldars risquaient de ne pas apprécier du tout cela.

Cette entrée a été publiée dans Textes, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.