Initiation

1

Esteban courait tel un jeune chien fou à travers les ruelles sales et nauséabondes. Encore une fois, il était en retard. Son père devait maintenant l’attendre depuis une bonne demi-heure pour l’aider à décharger les marchandises nouvellement arrivées. Déjà que ce dernier le regardait suspicieusement depuis quelques temps : Joachim l’avait en effet surpris à faire voler les ustensiles de cuisine à travers la pièce.

Non pas que son père était effrayé par ce curieux don, don que le jeune garçon ne s’expliquait pas lui-même, néanmoins le vieux n’avait pas envie d’exposer sa famille à la vindicte populaire. Les psykers étaient loin d’avoir bonne réputation dans le coin. Il n’était donc pas très prudent d’énerver Joachim un peu plus. Heureusement, sa mère, Nina, savait comme personne apaiser ses colères et le protéger ainsi du courroux paternel.

Se faufilant avec agilité à travers une foule bigarrée qui examinait les échoppes de tôle, Esteban se dirigeait vers les docks du secteur Minoris-3 de la cité-ruche Pyradia. Il était étrange de voir la populace vaquer à ses occupations habituelles comme si de comme de rien n’était. Comme si le siège imposé par les orks du clan Blood Axes depuis près de deux mois n’avait aucune influence sur leurs petites vies. Les cuves hydroponiques fonctionnaient à plein régime et personne encore ne connaissait les affres de la faim grâce au pont de ravitaillement organisé par les valeureux mordians. Parfois, et ce malgré l’épaisseur des murs en plastacier de la ville et la profondeur des bas-fonds où il vivait, Esteban pouvait percevoir le bruit lourd et lointain des bombardements réguliers. Pourtant, les officiers de la Garde Impériale se voulaient rassurant : il n’y avait rien à craindre selon eux, tout était sous contrôle. Tous poursuivaient donc leur train-train quotidien, comme à l’accoutumé. Tous, même les gangs…

– Hé minus ! Où tu crois courir comme ça ?
Esteban fit mine de ne pas entendre, mais Clemente, chef des Rats Noirs, lui barrait déjà le passage. Le garçon essaya d’éviter le ganger, mais le percuta de plein fouet pour se retrouver le cul par terre. Le voyou, qui devait faire une tête de plus que lui, se baissa et lui offrit son plus beau sourire édenté.

– Hé ben minus ! Faudrait p’têt regarder où tu marches. Ou alors tu veux p’têt pas nous causer. On est pas assez bien pour toi ?
– C’est… C’est pas ça. Y’a un nouvel arrivage. J’dois donner un coup d’main à mon vieux.
– Ah ouais ? Ce s’rait pas plutôt que t’as pas envie d’nous parler ? T’as réfléchi à c’que j’t’ai dit la dernière fois ?

Esteban regarda brièvement de tous côtés, cherchant une échappatoire. Mais la bande l’avait encerclé, pas la moindre issue et aucune âme charitable pour lui porter secours.

– Oh minus ! Tu m’écoutes ? T’as réfléchi à not’proposition ?
– Hein ? Quoi ? C’était quoi déjà ?
– C’est ça minus, fait le malin avec nous. Tu m’obliges à me répéter et j’aime pas me répéter. Tu veux faire partie de not’bande, oui ou non ?
– Ben… C’est-à-dire que… Mon père n’est pas…
– Attend, attend, attend ! Je sens que t’as pas bien compris. Les boss dans le coin, c’est nous, les Rats Noirs. Alors t’as deux choix : t’es avec nous ou contre nous. Alors ?
– Mais mon père va…
– Okay ! T’as besoin qu’on t’explique sérieusement. Diego !

Le Diego en question, un boutonneux grassouillet, s’approcha d’Esteban, l’agrippant par derrière et lui tordant le bras droit dans le dos. Clemente sortit alors de sa poche un petit chalumeau qu’il actionna non sans un certain plaisir pervers.

– D’accord ou pas, minus, on va t’faire la marque des Rats Noirs. Tu vas à être à nous, minus !

Esteban avait beau se débattre, Diego le tenait fermement. La panique commençait à monter en lui. Il n’arrivait pas à quitter du regard la petite flamme qui s’approchait inexorablement de son visage.

BRAOOOM !

La grille d’une conduite d’aération, à peine à cinq mètres du groupe, vola en éclat, soulevant un épais nuage de poussière. Presque aussitôt, une alarme stridente, accompagnée d’une voix monocorde et métallique, se mit en route :

– Attention. Incursion ork dans le secteur Minoris-3. Incursion ork dans le secteur Minoris-3.

Comme pour répondre à la voix synthétique, un énorme cri se fit entendre depuis la bouche d’aération :

– WAAAGH !

Surgit alors une dizaine d’orks portant des parodies d’uniformes militaires. Brandissant leur hache énergétique, les peaux-vertes se jetèrent en cœur sur les gens alentours.

Cette entrée a été publiée dans Textes, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.