Chupacabra

(1)

Je me nomme Gabriel Legend. Je suis ce qu’on pourrait appeler un tératologue, un spécialiste des monstres en quelque sorte. Habituellement, j’agis en tant qu’agent freelance, allant là où bon me semble. Occasionnellement, je suis dépêché en “éclaireur” par l’Ordo Xenos afin de mener une première enquête et de valider la véracité de certains faits. La plupart du temps, ma seule intervention suffit pour apporter la lumière sur des phénomènes en apparence irrationnels. Plus rarement, ce que je découvre nécessite l’intervention de l’Inquisition.

Les événements que je vais vous conter remontent à deux ans maintenant et se sont déroulés sur Selintia 107, petite planète de type ? qui avait subie il y a des décennies de cela une incursion ork. Par chance, l’invasion fut endiguée par l’intervention du très saint chapitre des Dark Exorcists.

Je fut mandaté par l’Inquisiteur Sridhar Souleymane qui prit contact avec moi via message astropathique. Cet homme, que je n’ai hélas jamais eu l’occasion de rencontrer en personne, est l’un de mes plus généreux donateurs et commanditaires. Des rapports alarmistes faisaient état de la présence d’une étrange créature suceuse de sang sur Selintia.

Ce monde agricole, dont la population n’atteint pas les trente millions d’âmes, est connu et reconnu pour la qualité des produits qu’il exporte auprès de tous les systèmes voisins. Les zones montagneuses, impropres à la culture, servent à l’élevage de chèvres et de grox.

Les premières journées de recherches consistèrent à récupérer un maximum d’informations auprès des autochtones. Nombre de témoignages n’était évidemment pas recevable : élucubrations de gens voulant attirer l’attention ou abusant de la bouteille, informations de seconde main, rumeurs, légendes étaient mon lot quotidien.

Toutefois, plusieurs dépositions s’avérèrent dignes de foi et présentèrent des points de concordances intéressants sur lesquels me baser. Toutes ces déclarations me permirent en effet de dresser un portrait-robot assez sommaire de la chose qui devait hanter la région : bipède d’environ 1m20, au corps cartilagineux et à la peau grise, une tête surmontée d’une longue paire de cornes aiguisées.

Le modus operandi du Chupacabra, comme l’ont surnommé les Selintiens, semble être toujours le même. Attaquant le bétail généralement de nuit, il ne s’en prend qu’à une cible à chaque fois. Les chairs ne sont pas déchirées ni les victimes mangées, seulement une succion pour drainer tout le sang par de petits orifices incisés sur plusieurs endroits du corps principalement sur la nuque.

J’ai pu ensuite recouper ces informations en pratiquant moi-même l’autopsie d’un grox qui aurait été agressé par la bête. Ce dernier ne présentait aucune mutilation ou trace de sauvagerie superflue. Les seules blessures apparentes étaient deux trous parfaitement propres et circulaires dans le cou.

Je remarquais que l’un de ces accrocs partait de l’os de la mâchoire, jusqu’au cerveau et plus précisément jusqu’au cervelet, le perforant et tuant donc immédiatement le grox. Ces détails semblaient indiquer une technique d’euthanasie évitant toute souffrance à l’animal durant sa mise à mort, ce qui implique également une certaine intelligence de l’assaillant qui avait ponctionné pas moins de seize litres de sang !

D’après la taille des lésions constatées, j’estimais aussi que les dents du Chupacabra étaient d’environ un centimètre à un centimètre et demi de diamètre.

Par chance, je découvris sur les défenses du grox d’infimes traces de sang, sans doute s’était-il débattu un peu malgré la vélocité de son agresseur. Une analyse sommaire ne me permit pas de trouver une compatibilité avec une quelconque espèce connue. Ce qui n’excluait pas pour autant l’éventualité d’une mutation spontanée ou provoquée par je ne sais quel esprit retors et malade.

Il était temps pour moi de passer à l’action proprement dite et d’intervenir sur le terrain. La transhumance pour la région d’Apachecta représentait une occasion idéale.

Cette entrée a été publiée dans Textes, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.