Kehindé

Défier Yvain

Kehindé huma l’air avec avidité. Cinq sapiens approchaient dans sa direction. Son employeur ne s’était pas trompé : les Space Marines tentaient évidemment d’infiltrer leurs lignes de défense avant la bataille.

Le Vieux Solitaire avait déjà contemplé plusieurs fois l’Adeptus Astartes en action. Il savait déjà ce qui allait bientôt lui faire face dans cette clairière ombragée : des êtres bien trop sûrs d’eux, confondant honneur et orgueil, et c’est ce qui allait causer leur perte.

Des Scouts déboulèrent de sous les épaisses frondaisons, braquant immédiatement leur pistolet-bolter dans sa direction, sur le qui-vive, quoique nullement surpris par sa présence en ces lieux. Dommage…

Le Néméen les dépassait tous d’une bonne tête. Plantant son hast dans la terre meuble, puis croisa ses bras musculeux, il les toisa un à un du regard avant de prononcer d’une voix rocailleuse les quelques phrases de gothiques qu’on lui avait enseigné des années auparavant.

+++

Sur l’auspex, le biosigne ne bougeait pas. Il restait campé au beau milieu de la trouée toute proche. Manifestement, ils étaient attendus…

Yvain ne put réprimer un sourire : à cinq contre un, qui qu’il soit, ce fou n’avait aucune chance. Rabaissant son poing fermé, ses hommes se remirent en mouvement aussitôt. En quelques enjambées silencieuses, ils rejoignirent leur futur adversaire. C’était un Néméen. Yvain en avait autrefois vu une hologravure mais n’en avait encore jamais rencontré en chair et en os jusqu’ici.

Un grand humanoïde aux traits de félin et au fin pelage ocre, sa crinière noire teinte au henné et tressée en dreadlocks était ramassée en une sombre cascade sur ses épaules. Le xénos enfonça son arme rudimentaire de trente bons centimètres dans le sol en un seul geste puissant et les brava du regard. Il ouvrit la gueule, révélant des crocs acérés.

+++

“Je suis Kehindé Terre-Grise, fils de Dajan, d’Uuka et de Semeni, valeureux guerrier de la Tribu Kamau et je vous défie en un combat singulier. Qui sera assez courageux pour oser se mesurer à moi ?”

Le Sergent Space Marine fit un pas et le salua cérémonieusement.

“Néméen, sache que je suis Yvain de Remoncourt, Brigadier de la Royal Guard et je relève le gant. Sur mon nom, je te promets que mes Ecuyers n’interviendront pas, quelle qu’en soit l’issue.”

Saisissant la hampe de sa vouge d’une poigne ferme, le xénos se ramassa alors sur ses membres arrières, prêt à bondir. Le poil hérissé, il se mit à grogner et à claquer des dents. Sa queue cinglait l’air de tous côtés. La fureur le gagnait, il la canalisait.

Le Marine ne lui laissa pas le temps d’esquisser le moindre geste et se jeta en avant, épée au clair. “Pour Navarre !” s’écria-t-il. Le Vieux Solitaire lui fit écho en poussant un rugissement tonitruant. Au loin, on pouvait entendre les tirs de barrage des deux armées qui engageaient à leur tour le combat. Les lames s’entrechoquèrent dans une gerbe d’étincelles.

Yvain entreprit d’abord une série de passes simples pour juger de l’adresse de son opposant et ce dernier les para toutes avec une facilité déconcertante avant de tenter à son tour une attaque au fer pour le désarmer. Le choc de cet assaut fut si puissant que le Brigadier sentit une douloureuse vibration remonter tout au long de son bras. Malgré cela, il ne lâcha pas son épée et enchaîna sur une feinte de frappe dextre avant de contre-dégager.

Kehindé ne lui laissa pas l’occasion de préparer une nouvelle offensive et enchaîna les feintes avec une agilité et une force inouïe, obligeant De Remoncourt à reculer pour prendre un temps d’arrêt.

Dos arqué et oreilles aplaties en arrière, Terre-Grise émit un feulement rauque, soufflant et crachant. Il retroussa ensuite ses babines, laissant échapper un filet de bave qu’il essuya du revers de la patte. Puis, dans un geste ample et affable, invita le membre de la Royal Guard à reprendre l’engagement le premier.

Yvain savait maintenant que la créature qu’il affrontait était rompue dans l’art de la guerre et il lui fallait à présent faire preuve de virtuosité afin d’en venir à bout une bonne fois pour toute. Il se remit en position avec détermination. “En garde !”

Il entama cette seconde joute sur une succession de coups droits et en écharpe, alternant volontairement la cadence dans le but de casser le rythme et inclinant parfois le poignet pour trouver un autre angle de touche. Battement en senestre, riposte par doublement, allongement d’estocade. Rien n’y faisait : le Néméen bloquait tout et plus irritant encore, ne répliquait jamais.

Tentant alors le tout pour le tout, le Brigadier feignit une charge brutale pour finalement s’écraser au dernier moment afin de l’embrocher. Mais Kehindé ne s’en laissa pas conter, se déroba, tournoya sur lui-même pour se retrouver juste derrière De Remoncourt déséquilibré et lui enfoncer la totalité de sa lame dans le dos.

Yvain contempla avec étonnement cette pointe argentée dépassant de son poitrail, hoqueta, puis glissa lentement à terre, soutenu par le Vieux Solitaire qui se retourna ensuite vers les Ecuyers.

“Votre précepteur s’est vaillamment battu. Retirez-vous à présent et rendez-lui les hommages comme il se doit.”

Sans mot dire, les Scouts s’approchèrent, soulevèrent avec déférence la dépouille d’Yvain et rebroussèrent chemin.

Le Néméen ne repartit de son côté que lorsqu’il ne put plus sentir l’odeur des Space Marines. Sa tâche étant accomplie, il allait maintenant réclamer son dû.

Cette entrée a été publiée dans Textes, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.