Challenge n°20 – Texte n°8

Résultats

8ème au classement général.

  • Note finale : 12.8/20
    • Originalité : 6.5/10
    • Écriture : 6.3/10

Commentaires des votants

  • Un texte techniquement bon mis à part les majuscules après les « : ». Dommage … De plus, j’ai du mal à comprendre le lien entre la dernière phrase et le reste du texte. Pour moi, la phrase a simplement été ajouté à un texte qui n’a pas été conçu pour. Une faute de goût qui me fait baisser la note d’écriture.
  • Un texte qui ne m’a pas plu du tout. La volonté d’être original dans l’univers de WH40k se solde par un double échec: l’ambiance 40k est tiède, les personnages mous et l’action pleine d’invraisemblances, de plus le dialogue (quasi monologue) semble sortir d’un cours de philo et a l’air d’une pièce rapportée sur une base déjà mal maîtrisée. Quelle est la finalité de ce texte?
    Enfin, le détail en trop : la chute est très mal amenée, le seul élément qui mentionne la présence d’herbe est suggérée par “le parc du gouverneur” une page et demie plus tôt et on ne voit pas pourquoi l’Inquisitrice s’y allongerait alors qu’elle a un suspect à capturer, une révolte sur les bras et très certainement l’envie de se passer les nerfs sur des hérétiques après sa confrontation avec l’autre personnage.
    On dirait que l’auteur voulait réciter un cours de philo en le plaçant dans son univers favori et qu’il ne savait pas comment placer la conclusion. Désolé si ce commentaire fait mal aux gencives, mais je pense surtout qu’il n’a pas eu le temps de lui donner plus de maturité.
    Il faudrait le retravailler et au besoin je pourrai poster des commentaires plus précis sur ce qui ne va pas à mon sens dans ce texte. Courage!
  • De très belles idées entachées hélas de fautes d’orthographe.
  • Concept intéressant et plutôt bien exploité. On se demande simplement pour l’inquisitrice n’utilise pas tout simplement son épée énergétique, même désactivée elle reste une épée, bien plus efficace que la branche d’arbre qu’elle cherche à un moment du texte.
  • Une théorie intéressante, développée de manière assez claire, sur les extrêmes qui s’attirent. Mais selon moi, il y a un problème dans la fin du texte à partir de “L’air abattu, il soupira”. Le changement dans le regard est difficilement compréhensible. Et j’ai vraiment du mal à imaginer un inquisiteur s’affaler dans l’herbe. Enfin, dernier point : il y a des () utilisées dans les dialogues. Ca fait bizarre : à mon avis, une ponctuation classique suffirait.
  • La dernière phrase n’est, à mon avis, pas respectée dans le sens où le récit aurait pu s’en passer, elle n’en constitue pas la chute. Sinon le récit est amusant et prend place au sein de toute une grande aventure. Je serai curieux de la connaitre.
  • Une épée énergétique reste une épée, même inopérante. Pourquoi chercher un bout de bois ? Elle aurait probablement écouté ce type jusqu’au bout de toute façon… Pauvre inquisitrice^^
  • J’ai aimé l’idée, j’ai aimé le fait que l’inquisitrice se retrouve à la merci d’un individu mystérieux de toute évidence très puissant. Pourtant… Pourtant, la sauce ne prend qu’à moitié. Trop d’informations peut être, trop de dialogues, peut être aussi trop de mystères. Quoi qu’il en soit, le concept est vraiment bon et les idées « Oppression = hérésie » très bien exploitées



  • Les commentaires sont clos.