Asavar Kull

Au cours de la décennie qui précéda la Grande Guerre contre le Chaos, la tribu des Kuls, appartenant au peuple Kurgan habitant les Désolations Nordiques, ne cessa de croître en taille et en puissance, sous le commandement de son chef Asavar. Ce dernier était un puissant guerrier doublé d’un cavalier émérite, et lorsqu’au cours d’un raid le chef de sa tribu fut tué, Asavar tenta de s’imposer à la tête des siens. Pour décider de qui allait être le nouveau chef, Asavar et trois autres guerriers qui briguaient également la place partirent chacun avec leurs guerriers dans les Désolations, et il fut convenu qu’à leur retour, ils s’affronteraient pour déterminer qui prendrait la tête de la tribu.

Pendant sept ans, Asavar et sa bande écumèrent les Désolations et allèrent même jusqu’à pénétrer dans les Royaumes du Chaos. Nul ne peut dire exactement quelles batailles ils y livrèrent ni les difficultés auxquelles ils eurent à faire face, mais ce qui est certain, c’est qu’à son retour, Asavar avait changé. On dit qu’une lueur divine brillait dans son regard et qu’il était capable de soulever un cheval adulte au-dessus de sa tête. Son armure était forgée dans un métal constamment léché par les flammes rouges de l’enfer. Lorsqu’il dégainait sa puissante épée capable de trancher un mur de pierre d’un seul coup, celle-ci hurlait sa soif de sang.

Quand les quatre prétendants furent de retour, ils s’affrontèrent au sommet de la Colline des Destinées, un lieu proéminent du territoire des Kuls, sous le regard du reste de la tribu. La bataille fut rapide et sanglante, et trois vingtaines de féroces guerriers périrent en ce jour. La légende de la tribu raconte que le dernier adversaire d’Asavar jeta sa hache et demanda grâce, mais le Champion du Chaos lui arracha la tète à mains nues pour lui faire payer l’affront fait aux Dieux Sombres.

Ayant prouvé sa valeur, Asavar Kul conduisit son peuple dans une série de conquêtes contre les tribus voisines, terrassant tour à tour leurs chefs et rassemblant une puissante coalition sous sa bannière. Peu à peu, son empire s étendit et engloba des tribus vivant du nord de Cathay aux abords des Tours de Guet de Naggaroth. A la tête de ce puissant ost de guerre, il se dirigea vers le sud et traversa le Pays du Grand Crâne pour commercer avec les Nains du Chaos Il échangea de nombreux esclaves contre d’étranges machines de guerre, des armes et des armures d’excellente qualité. Traversant la Haute Passe, l’armée d’Asavar fut rejointe par des hordes d’hommes-bétes, ainsi que par d’autres créatures comme des dragons ogre et des trolls affublés d’affreuses mutations.

L’armée du Chaos s’abattit sur Kislev alors même que des cavaliers maraudeurs saccageaient Erengrad et volaient les bateaux à quai. Praag tomba la première, puis ce fut le tour de la capitale d’être assiégée.

Partout, les combats faisaient rage. On entendait le fracas assourdissant des armes heurtant les armures, les hurlements des mourants ou des blessés, les cris de guerre rageurs et les sons proférés par des créatures inhumaines. Magnus regarda autour de lui et constata que tout n’était qu’anarchie. Plus personne ne combattait en bon ordre, les hordes du Chaos se mélangeaient avec les courageux soldats humains et nains dans une indescriptible mêlée, aussi la ligne de bataille avait-elle depuis longtemps fondu dans la confusion de la guerre.

Profitant d’un moment de répit, il observa l’évolution des combats, serrant fermement dans sa main gantée son épée baignée de sang. Il avait l’intuition que le cours de la bataille restait encore indécise, mais il pouvait également sentir en lui l’esprit de Sigmar guidant son bras contre ses ennemis et remplissant son cœur d’espoir. Il était sur le point de se tourner vers ses hommes afin d’ordonner une nouvelle charge lorsqu’une voix, celle qu’il entendait déjà depuis des mois, lui conseilla d’attendre un peu. Lorsqu’il porta à nouveau son regard sur la horde du Chaos, il comprit immédiatement pourquoi il fallait attendre et l’espace d’un instant, son cœur défaillit.

Un important groupe de cavaliers en armure fonçait à travers une brèche qui s’était ouverte à cet endroit du champ de bataille et à leur tête se trouvait un énorme char de guerre tiré par trois immenses bêtes dont les robes noires étaient hérissées de piques et de cornes. Magnus eut du mal à regarder directement le char, car d’étranges runes et symboles qui pendaient d’une demi-douzaine de bannières troublaient l’air alentour et faisaient pleurer ses yeux malgré lui.

Voici celui qui les commande, lui souffla la voix intérieure. Voici la créature appelée Asavar Kul.

Se préparant. Magnus observa le char qui se dirigeait à présent dans sa direction, ses roues équipées de faux moissonnant indifféremment la neige et les corps des morts sur son passage. Sur un signal de la créature qui se tenait sur le char, les chevaliers du Chaos tirèrent sur les rênes de leurs destriers afin de ralentir leur course et de permettre à leur seigneur de prendre de l’avance. La neige fondait sous les sabots enflammes des montures surnaturelles tractant le char qui fonçait droit sur Magnus à une vitesse terrifiante. Magnus resta calmement sur place, mais lorsque la machine de guerre arriva à sa hauteur, elle effectua un dérapage et s’arrêta net devant lui.

“Les dieux m’ont averti que toi seul me barrerais le chemin de la gloire,” cria le guerrier depuis l’arrière du char. “Je vais t’arracher le cœur et raser cette ville jusqu’à la dernière pierre.”

Lorsque Kul descendit de son char, Magnus réalisa à quel point son adversaire était grand, au moins une fois et demi plus que le prêtre sigmarite. Néanmoins, il ne ressentit pas pour autant la peur. Il se sentait au contraire calme, en paix, comme s’il se trouvait en prière plutôt que sur un champ de bataille couvert de sang. Il lui sembla que le silence se fit alors qu’il focalisait son attention sur le champion” du Chaos, mais le calme fut interrompu lorsque celui-ci tira de son fourreau une épée massive qui entonna une stridente mélopée. Son armure était consumée par des flammes surnaturelles dont la fumée enveloppait le guerrier. Il sembla à Magnus que l’épée grandissait à vue d’œil dans les mains de son adversaire, mais il resta impassible lorsque l’ombre gargantuesque du champion le recouvrit.

Hurlant un cri de guerre dans une langue que le prêtre de Sigmar ne reconnut pas, Kul se jeta en avant en direction de Magnus, tranchant de son épée démon les soldats impériaux qui tentèrent de s’interposer. Sans réfléchir, Magnus fit deux pas vers la gauche et se saisit de sa propre épée dont la lame était entourée d’un halo bleuté. L’épée de son adversaire provoqua une gerbe d’étincelles lorsqu’il para la première attaque, avant de riposter dans la foulée d’un coup ferme en direction de la gorge protégée de Kul. Son épée rebondit contre l’armure infernale sans autre conséquence qu’un bruit résonnant et son poing fut engourdi par la rigueur du choc. Magnus eut tout juste le temps de se jeter en arrière lorsqu’Asavar lui assena un coup de haut en bas qui lui aurait sans problème tranché la tête en deux.

Pendant ce qui sembla une éternité, les deux héros échangèrent coup sur coup, leurs épées se heurtant sans cesse et occasionnant de temps à autre une blessure superficielle de sorte que bientôt, l’un et l’autre furent couverts du sang coulant de leurs plaies. Magnus ne ressentait aucune fatigue malgré ses efforts et ses blessures. mais il lui sembla qu’il en allait de même pour son adversaire, et le duel risquait de durer encore longtemps si aucun élément ne venait avantager l’un ou l’autre.

C’est alors que Kul commit l’erreur qui lui fut fatale. Il asséna un coup plongeant et son épée se planta profondément dans le sol, ce qui lui fit perdre l’équilibre. Rassemblant ses forces, Magnus saisit l’occasion et trancha le bras droit du champion qui fut repoussé par la force du coup. Asavar regarda un instant son moignon, et comme s’il ne ressentait pas la moindre douleur, il se saisit avec sa main gauche de la hache pendant à sa ceinture. Mais l’avantage était à présent dans le camp de Magnus qui attaqua sans relâche du côté droit jusqu’à ce qu’un puissant coup à deux mains arrache finalement sa hache des mains d’Asavar. Désarmé, le guerrier se tint silencieux et fixa Magnus, son regard maléfique brillant à l’intérieur de son casque.

“Les dieux m’avaient promis gloire et conquêtes si je parvenais à te battre.” finit-il par dire tout en retirant son casque, découvrant un visage couvert de cicatrices et de symboles corrompus. “J’ai échoué, et la victoire te revient.”

Sans hésiter, Magnus leva son épée et décapita Asavar, dont la tête chuta lourdement dans la neige.

“Tes dieux font abandonné,” murmura Magnus en contemplant le corps de son adversaire. “Le mien n’a jamais cesse de me soutenir.”

Compilé par Kragor
Source : White Dwarf n°22
Retranscrit en janvier 2008 pour Le Sanctum



  • Les commentaires sont clos.