Téclis / Aekold le Miraculeux

Bien longtemps avant de le voir Imrik entendit Teclis approcher dans le couloir qui menait il sa chambre. La pointe ferrée du bâton du mage frappant le sol de marbre se rapprochait. Les portes s’ouvrirent sans bruit et l’enchanteur de Saphery entra. Teclis parla dans ait soupir.

“Les oracles annoncent lui grand danger venant du nord ! Les eaux sacrées sont brouillées de sang, les étoiles sont rouges et la lune elle-même pleure. Rassemble tes guerriers, nous allons bientôt affronter un ouragan terrible venu du froid. Des heures sombres nous attendent, des heures où une ombre démoniaque planera sur nos terres !”

Loin au nord, les cieux obscurs bouillonnaient de puissance surnaturelle, et des éclairs multicolores dansaient entre les cimes des arbres. Les vieilles ruines étaient illuminées par la tempête, leurs formes torturées s’élevaient dans la lumière froide et dessinaient des ombres à chaque éclair Dans les bois sombres, avançaient les formes voûtées. Des grognements de bêtes s’élevaient sous les hurlements du vent et de lourdes pattes piétinaient ait sous-bois défraichi.

A l’approche des nouveaux arrivants, il y eut un mouvement dans les ruines. Un menhir érodé racla le sol en pivotant et des veux démoniaques luisirent clans l’obscurité. Des formes ailées et rampantes émergèrent dans Ici lumière lunaire, reniflant bruyamment l’air d la recherche d’empreintes olfactives. Le plus gros des hommes bêtes poussa au hurlement de défi et les harpies s’enfuirent presque, escaladant les ruines,jusqu’aux piliers décapités dans une rapide retraite.

L’ouragan s’intensifia, et alors que les éclairs magiques frappaient le sol, l’énergie sembla se condenser; formant de petites sphères de lumière brillante. L’air tremblotait à la jonction de ces énergies magiques. Un observateur extérieur aurait pu croire que le ciel lui-même était tiré et,frappé par l’autre côté. Soudain un coup de tonnerre terrible retentit et la réalité se déchira. De vagues silhouettes apparurent dans Ici déchirure multicolore. L’énergie se ruant à l’intérieur de l’ouverture, les formes devinrent reconnaissables. Les vents hurlaient et une senteur piquante se répandit dans les airs. Avec lui cri strident, les démonettes jaillirent de leur prison temporelle, éperonnant leurs montures vers les hommes bêtes qui attendaient. Derrière elles, apparurent les incendiaires de Tzeentch, les ouvertures béantes qui terminaient leurs bras crachaient des flammes magiques blettes et roses.

Les hommes bêtes se turent et se tournèrent en direction du bruit provoqué par aile multitude de bottes approchant de l’est. La, lueur verte de Morrslieb éclaira des heaumes cornus et des armes aux formes cruelles, les guerriers du Chaos arrivaient au rendez-vous, chacun offrant une prière chantante à Tzeentch, leur dieu et seigneur du changement. A leur tête marchait un homme redouté dans le monde entier; Aekold le Miraculeux, l’immortel champion de Tzeentch. De la direction opposée, s’avança Sithus le Démoniaque qui approchait avec les hommes bêtes, chacun de ses mouvements transpirait une sensualité langoureuse. Le champion de Slaanesh dit quelques mots dans titi langage obscur et les hommes bêtes s’inclinèrent devant lui, offrant leurs services à l’un des guerriers favoris de leur dieu.

Le Miraculeux posa son regard sur le Démoniaque, un masque de haine sur son visage.

“Qui t’as amené ?”

“Mon maître m’a ordonné de l’attendre ici même, avant que nous ne partions vers le sud massacrer cette maudite racaille qui vit en Ulthuan. Et toi, que fais-tu là ?”

Avant qu’Aekold ne puisse répondre, la lune fut éclipsée par aile ombre titanesque, et les rafales de vent provoquées par les battements d’ailes d’une bête gigantesque firent furieusement claquer les bannières. Tel un dieu vivant, Baudros décrivait des cercles clans le ciel en descendant vers le sol, des flammèches s’échappant d’une de ses bouches, l’autre exhalant nue épaisse fumée noire. Un personnage resplendissant chevauchait l’immense dragon du Chaos, et lorsque la bête posa ses énormes pattes sur le sol dur; provoquant des gerbes d’étincelles qui n’avaient rien à envier aux éclairs de l’orage, une voix sépulcrale résonna au-dessus des hordes amassées.

“Vous savez tous qui je suis, et vous allez tous servir ma volonté ! Il n’y aura plus de querelles à présent. Vous m’obéirez ou vous mourrez !”




  • Les commentaires sont clos.